0
Liens commerciaux




La Conférence Episcopale Nationale du Congo s’active à aplanir les divergences entre protagonistes du dialogue en gestation au Congo-Kinshasa. Après le Président Kabila, le facilitateur, les Ambassadeurs et, enfin, le groupe de soutien, les princes de l’église catholique consulte la classe politique. Ces échanges ont lieu au centre interdiocésain dans la commune de la Gombe. Hier, mercredi 10 août, les princes de l’église catholique ont conféré respectivement avec Edem Kodjo, le facilitateur du dialogue tant attendu et le groupe de sept partis dit ‘’G7’’. C’est Monseigneur Marcel Utembi, président de la CENCO et son adjoint, Monseigneur Fridolin AMBONGO, qui ont présidé ces entretiens. Edem Kodjo, au sortir de l’audience, s'est dit ‘’reconnaissant à l'égard de la CENCO qui essaie de parler aux uns et aux autres, pour faire en sorte que tous se réunissent autour d'une table pour négocier les problèmes qui sont à l'ordre du jour du dialogue‘’. La CENCO, par le biais de l’Abbé Bernard Santedi, son secrétaire général, a estimé, au vu des échanges entamés jusqu’ici, que l’espoir persiste quant au déblocage de ce forum dans les meilleurs délais. D’autres formations politiques sont annoncées pour aujourd’hui, jeudi 11 août.

Il était neuf heures, heure de Kinshasa lorsque le go des consultations a été donné. Ponctuel, Edem Kodjo et ses hôtes étaient là. Les échanges ont eu lieu en aparté. Puis, c’est fut le G7 qui, aux environs de 11 heures, s’est pointé pour répondre à l’invitation de la Conférence Episcopale Nationale du Congo. En toile de fond de ces rencontres, des difficultés sur la voie de la convocation effective du dialogue politique national inclusif en République Démocratique du Congo.

Kodjo serein et reconnaissant

Face aux rumeurs de sa démission répandues la veille sur la toile, l’ex-premier togolais a réagi. ‘’Je suis là, je n’ai pas démissionné et je n’en ai pas l’intention. J’ai reçu, à cet effet, beaucoup de soutiens de partis politiques, de la société civile et des ambassadeurs ‘’, a-t-il déclaré. Quant à la synthèse de sa réunion avec la CENCO, il s’est d’abord dit très reconnaissant. ‘’Je suis reconnaissant que les dirigeants de la CENCO m’accueillent encore une fois de plus, pour évoquer ensemble les questions de l’heure par rapport au dialogue sur la situation actuelle. Je suis reconnaissant à la CENCO de bien vouloir s’entremettre d’essayer de parler aux uns et aux autres… C’est une initiative louable et je souhaite beaucoup de succès à nos pères évêques’’. Un clin d’œil a aussi été fait sur la rencontre d’Edem Kodjo d’avec le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba. L’épineuse question de la libération des prisonniers et détenus politiques ou d’opinion a été au centre de leur débat. «C'est une question importante qui concerne tout le monde. Je suis convaincu qu'elle préoccupe également les évêques de la CENCO. Je suis convaincu que dans peu de temps, nous aurons une suite favorable à notre requête», a lancé Edem Kodjo. L’Abbé Santedi, Secrétaire Général de la CENCO, a plaidé pour que personne ne soit oublié dans cette opération.

Le G7 ne dit mot

Après avoir conféré avec Monseigneur Marcel Utembi, Mgr Fridolin AMBONGO et les autres prélats catholiques, la délégation du G7 n’a, nullement, dit mot à la presse nationale et internationale campée à l’extérieur des bureaux du centre interdiocésain de la CENCO. Menée par le patriarche Mwando Nsimba, ladite délégation était constituée, entre autres, de José Endundu, Christophe Lutundula.

Santedi parle pour la CENCO

A l’issue des rendez-vous d’hier, il a soutenu que ‘’ tous les sujets qui peuvent …aider le pays ont été abordés sans tabou ‘’. ‘’Les évêques avaient promis d’apporter leur sollicitude pastorale au facilitateur pour la tenue effective du dialogue. Ils ont vraiment apprécié que les invités aient accepté les invitations (Kodjo…) ‘’, a-t-il affirmé. ‘’ Les questions de l’heure sont cruciales pour l’avenir de notre pays. Cela demande que les uns et les autres s’engagent, s’impliquent totalement pour la tenue effective du dialogue, pour relancer le processus électoral. Cet échange est une grâce pour nous, pour examiner avec le facilitateur,…, toutes les questions liées à ce processus électoral et au dialogue ‘’, conclut Santedi.

Les espoirs des pères de l’Eglise

Pour ce prélat catholique, il peut y avoir d’obstacles mais pour les hommes de Dieu, soutient-il, l’espérance ne trompe jamais. ‘’C’est pourquoi, les évêques sont engagés. Il y a de l’espoir qu’on va relever ces obstacles pour la tenue du dialogue. Il y a de l’espoir que le dialogue puisse se tenir, un dialogue que l’on veut inclusif avec la société civile, les politiciens ainsi que la communauté internationale afin que tous donne le meilleur d’eux-mêmes pour la tenue du dialogue car, il en va de l’avenir de ce pays. ‘’Au finish, il y a de l’espérance et de l’optimisme pour qu’ensemble nous puissions résoudre ces obstacles‘’, a-t-il chuté. Des fortes consultations devraient se tenir aux environs de 9 heures, aujourd’hui, toujours aux locaux de la CENCO.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top