Liens commerciaux

0


Un groupe de sept Députés votés sous les couleurs du Mlc se désolidarisent de la position de leur parti quant au dialogue. La ligne officielle du parti de Jean-Pierre Bemba est qu’il ne participera pas au dialogue en gestation. Ce, fut-il sous Kodjo ou un autre facilitateur. Maintes fois, les ténors du Mouvement de la Libération du Congo l’ont affirmé dont Eve Bazaïba, la Secrétaire Générale. Les frondeurs boudent ce mot d’ordre. Et, décident-ils de prendre part à ce forum qui devrait être convoqué d’ici la fin de la semaine.

Les Honorables Francis Mbengama, Freddy Aundagba, Nicolas Akpanza, Zongo Vicky Bokolo, Jean-Robert Lomanga, Antoine Nzangi et Nkumu, à en croire une consœur, ont levé l’option de rejoindre la barque du dialogue menée par le facilitateur Edem Kodjo. Trois d’entre eux, à savoir : Freddy Aundagba, Francis Mbengama et Nicolas Akpanza avaient été aperçus lors des travaux du comité préparatoire de ces pourparlers.

Le Mlc face au dialogue

Le dialogue se veut un mécanisme de blocage du processus électoral et de décrispation de la vie politique eu égard à la tension qui résulte de la crise électorale. Ladite crise est jugée artificielle par Eve Bazaïba. Pour le MLC, il faut que l’actuel mandat soit «intériorisé », puisque c’est le dernier, eu égard au principe sacro-saint de la Constitution de la République Démocratique du Congo. «Avec une volonté politique de sauvegarder la nation, tout peut être décanté et il est possible d’organiser les élections dans les délais», selon le parti de Jean-Pierre Bemba. La solution pour le processus électoral serait, non pas le dialogue politique. Mais, plutôt, un dialogue technique avec la CENI. Précisément, au niveau de la tripartite Opposition-CENI-Majorité. Le Mouvement de Libération du Congo redoute que le dialogue politique en gestation sorte du cadre constitutionnel, dans ses options devant débloquer le processus électoral. Or, il faut absolument rester dans le cadre constitutionnel, selon Eve Bazaïba. ‘’Nous ne sommes pas pour un dialogue politique qui dérogerait à ce que prescrit la Constitution quant au mandat présidentiel ‘’, insiste-t-elle. Toutefois, le MLC ne se montre pas anti dialogue. Seulement, à l’en croire, ce parti reste aux aguets. Au cas où ce forum, quoique buté présentement à plusieurs difficultés, avait lieu et que ses solutions iraient au-delà de ce que dit la Constitution, le MLC brandit la menace de s’ériger en obstacle. C’est là, les idées phares du mouvement pour la libération du Congo telles que livrées jadis par son secrétaire général aux prises d’avec des journalistes au sortir de son échange avec les évêques de la Conférence Episcopale nationale du Congo.

Une fronde de plus

Le Mlc compte treize députés à la chambre basse du parlement congolais que dirige Aubin Minaku. Sept changent de posture face aux enjeux de l’heure. Ceux qui ont pris part au comité préparatoire auraient déjà transmis leur liste au chef de la délégation de l’Opposition aux travaux préparatoires un jour avant la clôture, révèle des fins limiers. Cet événement est loin d’être une surprise pour certains observateurs de la scène politique Rd Congolaise. Car, à l’aube des concertations nationales d’heureuse ou triste mémoire, des défections avaient alors été enregistrées au Mlc. En effet, les députés Germain Kambinga et Omer Egwake en compagnie de l’ex-secrétaire générale, actuel Doyen du Collège des fondateurs du Mlc-Libéral, Thomas Luhaka, avaient adopté une nouvelle orientation qui a bien fait couler encre et salive. Jusqu’ici, le Mouvement de libération du Congo garde encore 6 députés nationaux qui demeurent fidèle à la ligne du parti.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top