0
Liens commerciaux



En marge de la journée internationale de la jeunesse célébrée chaque 12 août de l’année, l’honorable députée nationale Eugénie Tshika Wa Mulumba, l’élue de la circonscription électorale de Kabeya Kamuanga, a fait le point sur la place de jeunes dans la société.

" Les jeunes sont des Acteurs indispensables de notre société. Partout dans le monde, les jeunes sont le moteur du changement et revendiquent le respect des libertés et des droits fondamentaux, l’amélioration de leur situation et de celle de leurs communautés, ainsi que des opportunités d’apprendre, de travailler et de participer aux décisions qui les touchent", a-t-elle affirmée.
« Dans cette optique, du fait des crises persistantes, un grand nombre de jeunes femmes et hommes sont déconnectés, aux marges extrêmes de la société, et ont perdu tout espoir en l’avenir. Plus que jamais, il est temps aujourd’hui d’améliorer les investissements dans la recherche, les politiques et les programmes, afin de créer un environnement favorable permettant aux jeunes de prospérer, d’exercer leurs droits, de retrouver de l’espoir et le sentiment d’appartenir à une communauté, et de jouer un rôle d’acteurs sociaux responsables », a déclaré l’élue de la circonscription électorale de Kabeya Kamuanga.
Pour Eugénie Tshika Wa Mulumba, le point de départ consiste à « considérer la jeunesse comme la solution, et non pas comme le problème. Il est vital que les jeunes participent pleinement au changement social. Leur énergie, leur créativité et leur esprit critique, qui leur permettent d’identifier des solutions novatrices et d’établir des ponts et des réseaux entre les groupes ont fait leurs preuves dans plusieurs régions du monde. Si on leur fournit un environnement favorable, ils peuvent canaliser cette énergie pour la transformer en actions qui profitent au développement durable, à la consolidation de la démocratie et à une culture de paix, tant pour les générations actuelles que pour les générations futures ".
Selon l’honorable Eugénie Tshika Wa Mulumba, parler des jeunes, « c’est dire leur soif de justice sociale et de liberté, dans des Etats où les problèmes de gouvernance sont loin d’être réglés. Parler des jeunes, c’est affronter le désespoir et l’humiliation de nombreux garçons et filles qui vivent dans des situations précaires et dégradantes ».
"Les jeunes sont le moteur de développement durable de notre pays ", affirme l’élue de Kabeya Kamuanga. « Nous devons faire en sorte que leurs droits soient respectés afin de lutter contre les normes sociales et culturelles défavorables aux droits des jeunes ; promouvoir l’égalité des chances ; porter l’emploi des jeunes au rang de priorité gouvernementale ; développer les politiques actives du marché du travail en faveur des jeunes peu éduqués ;assurer le respect du droit de travail, notamment dans le secteur privé »
C’est aussi l’occasion de « lutter contre l’exploitation et les trafics dans le secteur informel ; généraliser l’éducation de base en luttant contre l’abandon scolaire et développer des écoles de poursuivre les réformes en faveur de la qualité de l’éducation dans tous les cycles ; accroître la représentation des jeunes dans les assemblées élues en encourageant l’ouverture et le renouvellement des élites politiques ». « C’est aussi nécessaire de protéger les adolescents contre violence sexuelle et imposer des sanctions sévères aux auteurs ; renforcer la lutte contre le mariage précoce ; car, "rien n’est trop difficile pour la jeunesse", a estimé l’honorable députée Eugénie Tshika. « Les jeunes doivent nécessairement, selon elle, être associés, eux aussi, à la marche de notre pays. J’invite donc les femmes et les jeunes à faire leurs devoirs, mais aussi à défendre leurs droits dès qu’ils sont bafoués. Ne pas investir dans la jeunesse revient à faire de fausses économies." a-t-elle conclu.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top