Liens commerciaux

0
Boma, - Le député Albert Fabrice Puela l'avait annoncé la semaine dernière, la nouvelle est aujourd'hui confirmée par voie officielle. Le maire de Boma, Marie Josée Niongo Nsuami, vient d'être suspendue de ses fonctions, aux termes d’un arrêté provincial signé lundi par le gouverneur du Kongo Central, Jacques Mbadu Nsitu, et rendu public, tard dans la soirée du même jour sur les antennes de la Radio télévision catholique Nguizani (RTDN) de Boma par le directeur de cabinet adjoint et porte-parole du gouverneur, Mme Chantal Malamba.

Il est reproché à Mme Niongo Nsuami "la xénophobie pour avoir incité la population au tribalisme, à travers la création d'un groupe d’amis nommé expressément KIDE, diminutif de « Ki Dempangi » (mon frère ou ma sœur), en vue de ne voter, lors des prochaines élections, que pour un frère ou une sœur de Boma et non quelqu’un qui viendrait uniquement prendre un siège et s’envoler vers d’autres cieux.

Il est également reproché au maire suspendu le sabotage de l’emblème national, en préférant monter le drapeau national aux poteaux de la SNEL plutôt qu’aux mâts appropriés. Durant sa "suspension sans délai", une révocation déguisée seon le commentaire du député Puela, son intérim sera assumé par Mme Annie Matundu Mbambi, originaire de Boma mais habitant la ville de Matadi.

Selon certaines sources, le gouverneur s'est personnellement senti visé par la constitution de ce groupe d'amis, le "Ki Dempangi" - pourtant populaire au Kongo Central et à travers la RDC sous différentes dénominations. En effet, ajoute-t-on, "le gouverneur balise le chemin en vue de l'élection à Boma de sa propre épouse", originaire du Kasai.

Avant elle, le maire de Matadi Jean Marc Nzeyidio

La suspension du maire de Boma intervient après celle du maire de Matadi, Jean Marc Nzeyidio, en juin dernier, toujours via les ondes par arrêté également lu par le porte-parole du gouverneur à la RTNC, sans que le concerné ne soit au préalable ni informé, ni entendu.

" Les actions disciplinaires ouvertes à charge de l’agent Jean Marc Nzeyidio, maire de Matadi, pour des faits constitutifs des indices suffisamment graves dans l’exercice de ses fonctions qu’il peut en conséquence être suspendu à titre préventif dans l’intérêt du service…", précisait l'arrêté.

Il lui était reproché, selon des sources locales, de "percevoir des taxes parallèles, notamment celles destinées aux communes, laissant les routes délabrées et la ville sale". Cependant, Jean Marc Nzeyidio, cadre de l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC, opposition) et doyen des maires de la RDC, en fonction à Matadi depuis plus de 10 ans, s'était contenté de déclarer, résigné : ’’Je ne suis pas au courant de cet arrêté et je ne suis pas en possession de cela. Je ne sais rien dire’’.

L’intérim de Nzeyidio est assumé par son adjoint, Anne Marie Niati, tandis qu'un nouveau visage fait son entrée, à savoir Paty Nzuzi, un responsable de la jeunesse du PPRD, au pouvoir, en qualité de maire adjoint. Sans nul doute que les maires des autres cités du Kongo Central sont en train de trembler car, à qui le prochain tour ?

Lavoixdubascongo
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top