Liens commerciaux

0
Déjà le 20 juin de cette année, l’opposition républicaine avait tiré la sonnette d’alarme en appelant les uns et les autres à éviter des discours qui peuvent mettre de l’huile sur le feu. L’élément capital étant la préservation de la paix chèrement acquise après des millions de morts en RDC à cause des conflits armés qui ont marqués ces 20 dernières années de son histoire. Pour étayer ses propos, Michel Bongongo, au nom de l’autorité morale de l’opposition républicaine, Leon Kengo wa Dondo, en veut pour preuve la surenchère, surtout verbale, qui s’observe au sein de la classe politique congolaise depuis un certain temps, autour de la problématique de la fin du mandat de Joseph Kabila.

Selon le secrétaire général de l’UFC s’adressant à une foule immense de milliers de Kinois venus l’écouter dans l’enceinte de l’Institut Professionnel de la Gombe, à l’occasion du lancement officiel d’un atelier de formation des membres des partis politiques composant cette plate forme politique, l’exposé de motif de la constitution congolaise met l’accent sur la préservation de la paix. Car pas de paix, pas de démocratie. Sans la paix, beaucoup de conflits de différents ordres peuvent germer. Michel Bongongo affirme que l’histoire renseigne que tous les conflits armés de la RDC prennent toujours du temps pour être résorbés. Dans son adresse, le secrétaire général de l’UFC est plusieurs fois revenu sur le mot paix qui est l’expression de la culture congolaise. « Personne n’a le monopole de la vérité. La culture du consensus pour la paix, espoir de liberté, de prospérité doit être le leitmotiv et l’aspiration profonde de tout congolais. Le constituant l’a consacré pour cimenter l’unité nationale, pour trouver les solutions idoines aux multiples crises auxquelles peut faire face la RDC », a-t-il martelé.

Cet atelier de formation des membres de partis politiques qui composent l’opposition républicaine a pour but de conscientiser sur la nécessité du dialogue. Un dialogue qui doit être inclusif en vue déboucher sur un compromis. Pour Michel Bongongo, « on ne va pas à un dialogue avec des agendas cachés. Celui qui a des agendas cachés n’aime pas le Congo. Aussi, l’opposition républicaine prendra part au dialogue sans condition ».

Le respect de la constitution en tant que fondement de la permanence de la paix, le respect de la constitution et de la démocratie consensuelle, le respect de l’esprit de la constitution ainsi que l’inclusivité du dialogue politique congolais comme unique voie garantissant la paix et la stabilité des institutions, seront les thèmes à développer au cours de cet atelier.

A l’issue des travaux au sein des partis politiques composant l’Opposition républicaine, il y aura une synthèse et les résultats de cette synthèse seront rendu public a rassuré le Secrétaire Général de l’UFC.

Le dialogue ne doit pas être une affaire de deux partis mais doit répondre aux exigences de l’identification de différents courants politiques et leur prise en compte dans son organisation pour réussir son inclusivité. Et l’opposition républicaine rejette toute forme de violence, qu’elle soit d’état ou de la rue car pouvant faire sombrer le pays. Et milite résolument pour la paix, à travers le respect de la constitution, des différents aspects du processus électoral et de la démocratie consensuelle a conclu Michel Bongongo.


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top