Liens commerciaux

0


8 août 2013- 8 août 2016 : cela fait exactement trois ans depuis que LIKINGA REDO MANGENZA a quitté la terre des vivants pour l’au-delà. On se rappellera que ce grand vocaliste du Clan Zaiko fut inhumé à la nécropole entre «Terre et Ciel», au milieu entre les chanteurs Ndombe Opetum et Tabu Ley en face de King Kester Emeneya qui disposent chacun de pierre tombale précieuse. Pourquoi ne pas aussi poser la pierre à la tombe de LIKINGA ou construire un mausolée comme la ville l’a fait pour ses collègues ?

A l’occasion du triste anniversaire de la disparition du chanteur LIKINGA, l’équipe du journal La Prospérité a rencontré sa famille biologique. Antoine MANZABE, son frère biologique, est celui qui a été mandaté pour s’exprimer au nom de la famille.

Pour lui, la famille est confrontée à beaucoup de difficultés qui ne lui permettent pas d’organiser un grand événement en mémoire de l’artiste à Kinshasa. Alors qu’elle comptait sur le soutien des certains amis et connaissances de l’illustre disparu qui sont en Europe, en Amérique, en Afrique et à Kinshasa, pour commémorer, avec faste, son 3ème anniversaire.

‘‘On envisageait de réunir les moyens pour organiser une grande soirée d’hommage à notre frère LIKINGA qui fut une des meilleures voix de la musique congolaise. Malgré tous les contacts pris, personne n’a réagi positivement, à notre demande pour réaliser ce projet. Il n’y a eu aucun soutien, que ce soit à l’étranger ou ici au pays.’’, a déclaré Antoine MANZABE.

Et pourtant, ajoute-t-il, notre souci majeur était de poser une pierre tombale, à cette occasion du troisième anniversaire de sa mort comme ses autres collègues qui ont été inhumés sur le même endroit. ‘‘Ça fait très mal, pour ne pas dire la honte lorsque nous nous rendons à la nécropole, de voir la tombe de LIKINGA qui demeure encore sans pierre tombale jusqu’à nos jours. Alors que ça fait trois ans déjà depuis qu’il est décédé’’, a martelé le frère de LIKINGA.

Une soirée d’hommage s’annonce

Evidemment, la famille n’est pas en mesure de construire seule la tombe de l’artiste faute de moyens comme prévu mais elle compte se rattraper dans les jours qui viennent.

Si possible, une messe des suffrages sera dite en la mémoire de LIKINGA Redo suivie d’une grande soirée au cours de laquelle la famille va profiter pour témoigner sur sa vie, son parcours et ses œuvres. Egalement sur la dimension artistique et la personne de LIKINGA jusqu’à sa mort en France.

A cet effet, Antoine MANZABE sollicite le soutien du Gouverneur de la Ville de Kinshasa pour s’impliquer dans l’organisation et surtout l’aider à poser la pierre tombale de ce chanteur exceptionnel qui a beaucoup contribué à l’édifice Zaiko, orchestre et patrimoine de la Capitale. ‘‘Nous savons tous qu’aujourd’hui, on ne peut pas parler de ce groupe sans citer le nom de son excellence André KIMBUTA, qui contribue énormément à l’avancement de ce groupe’’, a-t-il renchéri.

Dans le même sens, la famille entreprendra les démarches auprès de son collègue Nyoka Longo qui représente et incarne l’image du Clan Zaiko. Sans oublier, le Président de la FECOFA, Constat Omari, qui est un des grands amis du défunt chanteur.

Le frère de LIKINGA lance aussi un appel pathétique aux amis et connaissances ainsi qu’à toute personne de bonne volonté, qui aimaient la voix angélique de l’artiste, de se joindre à la famille pour l’immortaliser et lui rendre un hommage émouvant, à travers cet événement.

Par ailleurs, Antoine MANZABE invite les proches du chanteur qui sont en Europe de s’unir et d’enterrer le démon de la division. ‘‘J’ai constaté que sa mort a divisé les uns et les autres. Mais, cette situation n’honore pas la mémoire de LIKINGA qui fut un véritable rassembleur. Etre divisé est comme si vous êtes en train de cracher sur sa tombe. Réconciliez-vous ! ’’

Vie et parcours de la Star !

De son vrai nom Jean Moke, LIKINGA REDO MANGENZA, rappelle-t-on, est décédé, à la suite de la maladie d’Alzheimer, le 8 août 2013 à Reims en France. Il était âgé de 59 ans. Chanteur d’une voix hors du commun, il a réussi à marquer son temps grâce à sa touche particulière d’un grand auteur –compositeur de renom. Toutes les chansons qu’il a interprétées se sont révélées des tubes.

Né à Kinshasa le 15 mars 1954, LIKINGA a manifesté sa passion dans l’art d’Orphée trop jeune comme choriste à la paroisse Saint Paul de Barumbu vers les années 60 avec son ami Emile SOKI (décédé). Très timide, il embrassa la carrière musicale en 1968 au sein du groupe le Malou dans la commune de Kinshasa et le groupe Sensationnel. En 1971, il intègre Empire Bakuba aux côtés de Pepe Kalle, Papi tex et Dilu Dilumona.

En 1974, LIKINGA fait son entrée dans Zaiko Langa Langa où il compose des chansons comme «Esikebene » et « Kamanji », qui sont premières signatures. Le succès de titres tels que : « Elo », « Moselebende », « Muvaro », « Pacha Labaran », « Sentiment Awa », « Manzaka ebende », « Makanzi », « Viya » et autre « Antalia » lui a permis de devenir une véritable idole de la chanson. LIKINGA y a apporté dans ces œuvres toute sa sensibilité et son charme.

En 1988, il tente une autre aventure dans Zaïko Familia Dei aux côtés d’Ilo Pablo et Lengi Lenga. Plus tard, il va rejoindre Boom des As sans coup ferrure qu’il quittera pour créer son groupe Dynamis.

Après sa brève expérience dans Familia Dei, LIKINGA avait décidé de s’installer à Paris pour relancer sa carrière et son business. Ces trois dernières années avant de mourir, le chanteur s’est retranché dans la prière, abandonnant la musique populaire. Il a donné enfin sa vie au Seigneur Jésus-Christ.

Cette voix manquera toujours à la musique congolaise. Sympathique et attachant, LIKINGA REDO restera dans la mémoire collective comme un chanteur talentueux, qui n’affichait que spontanéité et bonne humeur.

Bravo l’artiste !
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top