0
Liens commerciaux

A Butembo, cette mesure interdisant la circulation des personnes de 19 heures à 06 heures n’est pas respectée. En effet, dans la nuit de vendredi 19 à ce samedi 20 août, soit le premier d’exécution de cette mesure, des enfants, jeunes, adultes et certaines personnes de troisième âge ont passé la nuit à la belle étoile pour faire face à ce qu’elles qualifient de « privation à liberté d’expression et à la libre circulation ».



Certaines rues ont même été barricadées par des pneus brulés comme pour barrer la route aux éléments de l’ordre. D’autres jeunes sont descendus dans certaines artères en tapant des bidons. En ce moment, les conducteurs des engins roulants s’amusaient à klaxonner. Cette situation a créé du vacarme dans plusieurs quartiers de la ville.

Des conducteurs d’engins roulant étaient aussi visibles sur la route. Le reporter de la RMBB a vu aussi des maisons de commerce de boisson encore ouvertes jusque 20 heures avancées.





Interrogés, certains Bubolais affirment qu’ils vont durcir leur manifestation.


La position de la société civile
Au cours d’un face en face vendredi 19 Aout 2016 avec le Maire de Butembo, la coordination de la société civile de Butembo a cherché, elle aussi, à comprendre le bien fondé du couvre feu qui est instauré sur toute l’étendue de la ville. Les acteurs des forces vives ont déploré la manière dont certaines personnes ont été arrêtées arbitrairement par la police. La société civile opte pour une patrouille mixte avec les membres de la société civile. VAN Germain KATSIWA est rapporteur de la coordination urbaine de la société civile.

Pendant ce temps à Beni, c’est un calme apparent qui est revenu le matin de ce samedi 20 aout. C’est après que des jeunes ont manifesté l’après-midi et le soir de vendredi 19 Août. Jusque 22 heures 30, ces jeunes étaient dans la rue, certains autour du feu, d’autres pour le tapage des bidons, des cloches et des couvercles. Ainsi, réclamaient-ils la libération de certains d’entre eux arrêtés lors de la marche de mercredi dernier. Ils en ont heureusement trouvé gain de cause.



Ensuite, ils voulaient la levée de la mesure interdisant la circulation des personnes à partir de 20 heures. Pendant ce temps, la police et l’armée tiraient des balles en l’air dans tous les quartiers pour disperser les manifestants dont certains voulaient coûte-que-coûte parler au maire de Beni cette nuit.



Mais la résistance des éléments de l’ordre ne leur a pas donné accès à l’autorité urbaine. La réponse de NYONYI BWANAKAWA aux préoccupations des jeunes de Beni reste donc attendue.
Radiomoto
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top