0
Liens commerciaux



La pomme de discorde par excellence. Voilà ce qu’est désormais la problématique de la séquence des élections aux travaux du dialogue. L’Opposition a suspendu sa participation à ces assises jusqu’à nouvel ordre. C’était hier, lundi 12 septembre 2016. Après l’annonce de cette décision par Vital Kamerhe, le Co-modérateur et chef de file de cette composante à ces assises, elle a tenu une réunion d’urgence pour prendre, officiellement, une position sur cette question. Cette rencontre se serait terminée en queue de poisson. Mais, ce mardi 13 septembre 2016, la société civile devrait, d’après des sources sûres, livrer à l’opinion nationale et internationale, son engagement final. Claquera-t-elle aussi la porte ? Rien n’est sûr.

La société civile est divisée sur ce sujet. Force tampon entre la Majorité Présidentielle et l’Opposition, les délégués de cette composante auraient du mal à s’entendre. Et, pas seulement sur la séquence des élections mais aussi sur bien d’autres matières.

Pas d’unité de vues

‘’Je dois reconnaître que nous ne sommes pas encore tous d’accord sur comment aborder certaines matières ‘’, confiait Jonas Tshiombela, président national de la Nouvelle société civile congolaise. Pour Jérôme Bonso, Secrétaire général de l'AETA et président de la LINELIT, ces divergences de vues relèvent de la richesse d’idées et cela est à inscrire dans le cours normal des choses. Déjà, nombre d’observateurs signalent que les représentants de la société civile avaient beaucoup, si pas tous, une coloration politique. Certains s’afficheraient même depuis des lustres sans gêne. Pour ne point le citer, quelques-uns se sont exprimés via les médias pour soutenir le glissement des institutions en place parce que l’organisation des élections devenait quasiment impossible cette année, apprend-on. D’autres, par contre, ont fièrement pris part à des assises politiques de l’Opposition s’affichant devant les cameras du monde. Dans ce décor, des délégués estampillés société civile mais, dans le fond, pro-majorité ou pro-opposition, la diaspora s’amène avec son cahier des charges et ses revendications loin d’être la préoccupation des congolais vivants au pays. Donc, cette composante semble à la traine devant la famille politique du président Kabila ou derrière l’Opposition.

Le choix

Faudrait-il commencer par l’élection présidentielle ou les provinciales et municipales ? C’est ici la question qui fâche. Et, sur celle-ci, les délégués s’empoignent. « La crise, c’est la non tenue de la présidentielle dans le délai. Notre ligne rouge est le respect de la constitution. Nous sommes ici pour l’alternance au pouvoir et non pour passer notre temps inutilement. La MP propose de commencer par les locales, mais avec le problème posé par la décentralisation et les groupements fictifs et d’autres qui se chevauchent, c’est un chemin sans issue. Nous avons suspendu notre participation pour dire que c’est une question non négociable. Ils ont créé cette situation et veulent l’aggraver. Ils seront seuls comptables devant la nation et devant la communauté internationale», a clamé Vital Kamerhe pour éclairer la lanterne de l’opinion sur le leitmotiv de cet acte posé par l’Opposition. «Vous vous attendiez à quoi ? Que l’opposition accepte tout ce que la majorité présidentielle pense, même si la position de la majorité relève du bon sens. Savez-vous que le dernier point du dialogue est l’accord. Et l’accord signifie qu’il y a eu des divergences et il faudra des concessions de part et d’autre. Donc, nous venons d’arriver à un autre niveau des discussions. Niveau prévisible dans toutes les négociations et qui se fait dans les couloirs et non dans les salles en public», a réagi le député François Nzekuye, un des délégués de la MP à la Commission élections. Où, y a-t-il eu le clash de départ. La société civile et les personnalités politiques présentes lors des travaux de cette commission hier, se sont alignées sur les propositions de la Majorité présidentielle demandant la refonte totale du fichier électoral et la priorisation des locales avant tout. Ces réunions et une promesse de mise au point sonnent donc comme une tentative de changement de position. Quoique nombre d’analystes restent sceptiques, qualifiants toutes les récentes péripéties du dialogue comme étant du théâtre bien orchestré pour bien faire avaler le glissement que devra enfanter ce forum.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top