0
Liens commerciaux



Une messe d’action de grâce était organisée mercredi dernier, à la Cathédrale Notre Dame du Congo de Lingwala, en mémoire des victimes des évènements du 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa, Capitale de la RDC. Présidée par le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque de Kinshasa, il était question de prier pour le pays, en vue que pareils actes ne se répètent plus, sur aucune partie du territoire national.

‘’Il ne faut plus jamais que le pays soit victime de cette sorte d’orgueil pour l’intérêt de soi-même’’, a martelé Laurent Monsengwo pour clôturer cette célébration Eucharistique.

C’est Monseigneur Marcel Utembi, Président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) qui a dit l’homélie de cette messe. Ayant tiré la première lecture du 3ème chapitre du livre de Jacques du 13ème au 18ème verset, l’Evangile du jour était basé sur les versets qui portent sur les béatitudes, c'est-à-dire, Matthieu 5, les douze premiers versets.

‘’Nous sommes un seul peuple’’, dit-il en introduction de sa prédication. Car, il s’agit d’un terme qui va de pair avec les préambules de la Constitution. A l’en croire, ce sont ces valeurs qui constituent la cohésion et fondent la vision d’un Congo prospère et plus beau qu’avant.

Concernant les évènements malheureux des deux premiers jours de la semaine en cours, il a indiqué que toutes ces tueries portent atteintes à la dignité et à la vie humaine qui est pourtant sacrée.

Pour lui, les nombreux dégâts matériels enregistrés après ces violences aggravent la misère dans laquelle vit la population depuis plusieurs années. Pour cela, il invite chacun à prier pour les innocents et ceux qui ont perdu la vie les 19 et 20 septembre. Et, au nom de la CENCO, il a présenté ses condoléances aux familles endeuillées puis a demandé aux uns et aux autres de se réconforter mutuellement.

Il estime, par ailleurs, qu’il n’y a pas moyen de rester indifférent face à la situation actuelle. Raison pour laquelle, dans le dernier message de la CENCO, les Prélats Catholiques ont rappelé que la vie humaine est sacrée et inviolable. Aussi, ont-ils dénoncé la violence d’où qu’elle vienne, d’autant plus que cette façon de faire ne sert qu’à détruire. ‘’Ensemble disons non à la violence et oui à la paix et la réconciliation’’, a-t-il martelé. D’autant plus qu’il vaut mieux revenir au bon sens de la sagesse divine, sans partialité, ni hypocrisie. Car, l’une des Béatitudes de Jésus-Christ dit : « heureux ceux qui procurent la paix, ils seront appelés fils de Dieu ». Dieu est amour, rappelle-t-il, en lançant un appel pressant selon lequel les congolais ne doivent pas se considérer comme ennemis mais en tant que frères.

Se référant au livre des Actes des Apôtres, il a fait remarquer qu’il revient à quiconque de scruter en profondeur les signes de temps, puisque la paix est possible si chacun se dépasse. C’est seulement sur base de ce fondement que le Congo connaîtra la stabilité politique, sociale et économique.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top