Liens commerciaux

0
Sa parole est rare. Et lorsqu'il s'exprime, il faut en tirer un maximum de profit. C'est l'exercice auquel s'est livré l'hebdomadaire Jeune Afrique qui consacre ce lundi 26 septembre un portrait au frère cadet du chef de l'État, Zoé Kabila.



Maquis, Business, Dialogue. Le député de Manono évoque tous les sujets avec le journaliste Trésor Kibangula à travers des entretiens et contacts sur les réseaux sociaux. Jusqu'à cette phrase, au sujet de la sensible question de la fin du mandat de son frère de président.
Il assure que le chef de l'État n'a nullement l'intention de s'éterniser au pouvoir, mais que les Kabila ne sont «pas prêts à abandonner le pouvoir à n'importe qui». L'hebdomadaire le cite encore.
« Notre père a versé son sang pour ce pays...Lorsque nous étions enfants, ils nous répétait que c'était nous qui allions reconstruire la RD Congo». 




C'est clair et nette, et ça donne une certaine indication de l'état d'esprit dans lequel se trouve la famille biologique du président en cette période critique que traverse le pays.
Souvent discret, Zoé Kabila s'exprime parfois à travers son compte twitter, tenu par lui ou ses équipes.
Sur l'avenir électoral en débat au dialogue, il (ou son compte twitter) soulignait par exemple, le 13 septembre dernier, la nécessité de faire la refonte totale du fichier électorale pour «des élections crédibles».



Sa dernière sortie sur le réseau à l'oiseau bleu remonte à dimanche 25 septembre où il fustigeait la violence survenue le 19 et le 20 septembre 2016 à Kinshasa.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top