Liens commerciaux

0


*Le financement du processus électoral aura été l’une des pierres d’achoppement au forum national dont les assises se tiennent à la Cité de l’Union Africaine, à Kinshasa. Cinquante-six ans après son Indépendance, la RD. Congo a un budget extraverti d’à peine 6 milliards de dollars américains alors que son voisin, l’Angola, moins important en superficie et en démographie que le pays de Patrice Lumumba, a adopté, en cette année 2016, un budget de 48 milliards de dollars américains. Par conséquent, c’est un casse-tête chinois que d’organiser des élections estimées à plus d’1 milliard de dollars américains par la Centrale électorale. Un digne fils du pays issu de la diaspora, en l’occurrence, Yves Mpunga, expert en technologie de l’information et sécurité Internet, invite la classe dirigeante à diversifier l’économie de ce géant situé au cœur du continent noir, en faisant de l’informatique, le principal secteur générateur des recettes et à favoriser un contrôle centralisé des données de l’Etat. Aussi, ce brillant jeune Congolais apporte-il un ambitieux Plan directeur d’informatisation de la RDC en vue de permettre à l’Etat congolais de récupérer la somme astronomique de 100 milliards de dollars américains qui se volatilise et échappe, annuellement, à son budget. Il se met donc à la disposition du prochain Gouvernement issu du Dialogue, pour mettre à profit son expertise. A l’heure actuelle, le domaine de l’informatique, du numérique, est à l’épicentre du développement de tous les secteurs de la vie publique. S’en passer serait synonyme de renonciation à la vision de l’émergence de la RDC à l’horizon 2030 prônée par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Le Professeur Yves Mpunga qui a fait ses preuves notamment, en Angola, au Portugal et aux Etats-Unis d’Amérique, a, volontiers, accepté d’accorder, nonobstant son emploi du temps surchargé, l’interview exclusive, ci-dessous, à La Prospérité en vue d’éclairer la lanterne de ses compatriotes congolais et d’apporter, de belle manière, sa pierre à l’édifice de la reconstruction de ce grand et beau pays, le Congo-Kinshasa. Lisez et découvrez des idées au contenu très enrichissant.

Entretien

«Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, mais plutôt ce que tu peux faire pour ton pays », avait déclaré John Fitzgerald Kennedy, le trente-cinquième Président américain. Dans son domaine d’activités, que peut alors apporter l’éminent professeur Yves Mpunga à la République démocratique du Congo, son cher et beau pays ?

A mon pays, le Congo, j’apporte la modernité dans l’appareil étatique, dans les structures de l’Etat, les entreprises privées et d’autres secteurs de la vie publique. J’apporte quelque chose qui peut révolutionner la gestion, l’organisation et l’administration de l’Etat dans tout son ensemble. C’est-à-dire, le numérique, l’informatisation dans tous les domaines. L’Etat congolais a besoin de gens expérimentés et spécialisés dans chaque domaine, principalement, celui des nouvelles technologies, pour arriver à maximiser ses recettes et avoir une organisation et un contrôle accrus de la population. Autrement dit, savoir qui fait quoi et comment les ministères sont gérés. Créer un réseau, un ensemble, qui va contrôler toutes les activités de l’Etat, c’est cela notre grand apport. Il y aussi la formation de la jeunesse, la création d’emplois surtout, en faveur des jeunes qui attendent que le Gouvernement apporte plus pour leur bien-être.

En RDC, l’actualité brûlante, c’est le Dialogue politique national inclusif qui touche à sa fin à la Cité de l’Union Africaine, ici, à Kinshasa. L’une des résolutions importantes de ce forum sera la mise en place d’un Gouvernement de large union nationale. Et si dans les jours ou semaines à venir, un poste de responsabilité était confié à Yves Mpunga, que répondrait-il ?

Si l’Etat congolais confiait à l’un des ses innombrables fils, Yves Mpunga, un poste de responsabilité par rapport à son domaine, nous sommes là pour apporter notre savoir-faire avec une efficacité et une orthodoxie dans la gestion de l’administration et des finances. Je voudrais bien que le Gouvernement qui arrive, nous fasse confiance et qu’il suive nos conseils en tant qu’expert. Aussi, sera-t-il orienté ou guidé, pour arriver à gérer et contrôler tout ce qui a trait à l’appareil étatique. Nous attendons le nouveau Gouvernement issu du Dialogue politique national afin de lui faire part de nos suggestions, propositions. Car, nous voulons bien que ce pays, le Grand Congo, aille de l’avant. Donc, notre apport sera plus technique.

M. Yves Mpunga peut-il brosser les grandes lignes de son Plan directeur d’informatisation de la RDC ?

Le peuple congolais doit avoir un Numéro d’Identification Fiscale (NIF). C’est cela le tout premier point de l’informatisation du Congo. En temps réel, l’Etat pourra savoir qui est qui, qui paie ses impôts, qui va à l’école, comment chaque citoyen travaille dans la Fonction Publique, ... Le NIF sera la clé de recherche pour toutes transactions effectuées par des Congolais vivant en RDC ou à l’extérieur du pays. Le deuxième point, c’est l’octroi de la carte d’identité à chaque citoyen congolais. Cela permettra à l’Etat d’avoir le contrôle total sur sa population. Cette carte d’identité ira de pair avec l’informatisation des hôpitaux, de la police, des forces armées, des écoles, des ministères, des gouvernorats, etc. Ce document permettra de s’assurer de l’authenticité des compatriotes et va donner de la valeur aux Congolais. En troisième lieu, il y a l’informatisation des écoles et universités, autrement dit, le secteur de l’éducation nationale. L’Etat pourra savoir, en temps réel, combien d’écoles manquent des bancs, le nombre d’élèves par école, combien d’écoles doivent être créées, retracer le parcours de chacun de l’école primaire jusqu’à l’université, etc. La jeunesse, c’est le Congo de demain ; la jeunesse, c’est l’avenir. Le quatrième point, c’est l’informatisation de tout l’appareil sécuritaire de l’Etat. Des caméras de surveillance doivent être placées dans les artères et points sensibles sur l’ensemble du territoire national en vue de contrôler le flux migratoire, les mouvements de la population. Un autre point du Plan directeur, c’est la bancarisation. Toute transaction doit s’effectuer par la banque. L’Etat doit sensibiliser sa population sur l’utilisation de la carte de crédit, la carte de débit. Et, les distributeurs peuvent être placés partout. La réduction de la masse monétaire en circulation va entraîner, ipso facto, la réduction de l’inflation et favoriser la stabilité monétaire. Les banques seront aussi mises à contribution pour le développement de la RDC. Le sixième point, c’est l’informatisation des gouvernorats des provinces, des villes, des communes, … Des grands serveurs informatiques seront créés dans les grandes en vue d’une bonne gestion par les pouvoirs publics. Le tout dernier point, c’est la justice (la recherche des criminels par des empreintes digitales, la gestion des prisons, la circulation des véhicules, …). Je souligne, enfin, que la jeunesse congolaise est au cœur de ce Plan directeur d’informatisation de la RDC.

Dans une des précédentes éditions du quotidien La Prospérité, vous aviez affirmé que la République démocratique du Congo perd 100 milliards de dollars américains, chaque année, faute d’infrastructures informatiques et de contrôle centralisé. Que peut faire le Gouvernement congolais pour récupérer cette somme astronomique et, de ce fait, avoir un Budget annuel conséquent ? Et, pourquoi mettez-vous un accent particulier sur la carte d’identité ?

Quand je dis dans votre journal que la RDC perd 100 milliards USD, ce sont des analyses et des calculs bien faits. Je m’explique. Une fois la RDC informatisée dans son entièreté, le ministère des finances, les douanes, les services des migrations et autres, l’Etat aura le contrôle total des recettes, de la fiscalité, des impôts, des entreprises. Figurez-vous que le seul projet de délivrance des cartes d’identité va générer beaucoup de recettes. L’Etat congolais aura de l’argent frais et va bien contrôler. Pour le moment, le pays ne dispose pas d’un outil fiable pour atteindre ce double objectif.

Que pense l’expert Yves Mpunga de la vision de l’émergence de la RDC à l’horizon 2030 prônée par le Président de la République, Joseph Kabila ?

Le Plan directeur entre dans l’optique, dans la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, qui a lancé ce grand défi de l’émergence du Congo à l’horizon 2030. D’ici cette échéance, je vois la RDC vraiment, contrôlée et informatisée dans son ensemble, comme sous d’autres cieux. Ce Plan directeur fait donc, partie de la vision du Président de la République.

Monsieur Yves Mpunga, vous sillonnez le monde et vous êtes en contact avec des grandes personnalités dont le richissime Bill Gates, Fondateur du célèbre multinational Microsoft. Est-il vraiment possible de créer une Silicone Valley à la congolaise ?

Une Silicone Valley à la congolaise ? Oui, c’est possible. Au fait, tout part de l’informatisation. On va embaucher des jeunes congolais, beaucoup de gens seront formés et recyclés. Les entreprises locales vont recourir aux experts que nous aurons formés. Quand on aura fini avec le Congo, on pourra vendre nos services à l’étranger. Ces jeunes pourront donc, sillonner le monde entier. La silicone Valley à la congolaise, c’est par rapport au Plan directeur. Elle est là ! C’est bien cela le grand projet qu’on est venu réaliser, ici, au Congo-Kinshasa. Imitant les grandes puissances, on va utiliser leurs technologies pour le contrôle absolu de notre appareil étatique. Ainsi, s’ouvrira-t-il la voie du développement et, pourquoi pas, celle de l’émergence.

Enfin, quel message adressez-vous à la jeunesse congolaise et comment vous contacter ?

Nous amenons un message d’espoir à cette jeunesse congolaise. C’est-à-dire, que le Chef de l’Etat pense sincèrement à la jeunesse. Ce Plan directeur est donc, conçu pour les jeunes de la RDC. Ils auront du travail, ils pourront transmettre leurs connaissances à bien d’autres comme experts, et ils vont voler de leurs propres ailes. Les jeunes congolais du domaine de l’informatique, économie, finance, architecture, agriculture, chimie, etc. Voilà ! Le Plan directeur d’informatisation de la RDC est venu pour vous. Prière nous contacter à l’adresse électronique : yves.mpunga33@gmail.com; Tél : +243 842334740 & +243 817576777 ; Facebook.com/yves.mpunga

Je vous remercie, très brillant chevalier de la plume.

Propos recueillis par James M. Yende


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top