Liens commerciaux

0
L'Association Africaine des Droits de l'Homme (ADASHO) rejette la proposition du Rassemblement qui demande un "régime spécial dès le 20 décembre 2016", date à laquelle expire le deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila, selon la Constitution.Pour cette association, membre de la Société civile en République démocratique du Congo, si le Président Joseph Kabila ne doit pas violer la Constitution, l’opposition congolais non plus de doit le faire.

« Si nous n’acceptons pas que la Majorité Présidentielle viole la Constitution de la République, nous n’allons pas accepter les actes de l’opposition qui violeraient cette constitution« , a déclaré Jean-Claude Katende, le président l’ASADHO, joint au téléphone par Politico.cd.

A l’issue du deuxième conclave de la coalition des opposants du Rassemblement dirigée par Etienne Tshisekedi, il a été proposé un « régime spécial » pour « conduire à l’organisation des élections le plus tôt possible« . Les opposants congolais qui soutiennent également Moïse Katumbi refusent que le président Kabila ne reste au pouvoir au delà de son mandat, telle que le stipule la Constitution du pays, alors que, de l’autre côté, aucune disposition constitutionnelle ne fait état de ce « régime spécial« .

Le gouvernement va rendre public des contrats de Bukanga Lonzo
François Muamba « salue » la mémoire de Z’ahidi Ngoma et appelle au « vrai Dialogue »
Nouvelle attaque des rebelles ADF près de Beni: la société civile accuse l’armée de s’être « relâchée »
Cette proposition a été également décriée par la Majorité Présidentielle, qui accuse l’opposition « de préparer le chaos en lieu et place de soutenir le dialogue politique national en cours« .

Ecoutez l’intervention de Jean Claude Katende


Politico.cd
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top