Liens commerciaux

0
Comme annoncé il y a quelques jours, les ministres des Affaires Etrangères des 28 Etats membres de l’UE (Union Européenne) se réunissent ce lundi 17 octobre 2016 à Luxembourg, capitale du pays du même nom, pour se pencher sur la situation politique de la République Démocratique du Congo. A en croire des sources diplomatiques, les « 28 » vont officiellement saisir les autorités congolaises en vue de savoir si elles sont prêtes à organiser les élections (présidentielle, législatives nationales et provinciales) avant la fin de l’année 2017. Dans l’hypothèse d’une suite négative, ils envisagent d’appliquer des sanctions ciblées à l’endroit des personnalités congolaises fichées comme responsables du « glissement » du calendrier électoral.

A cet effet, il sera expressément demandé au chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, de préparer la liste de ces personnalités opposées à la tenue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales dans les délais constitutionnels. Selon les rumeurs en circulation dans le cercle des ministres des Affaires Etrangères des « 28 », plusieurs dignitaires du régime gravitant autour du président Joseph Kabila se trouveraient déjà sur cette liste noire.
Dans la corbeille des sanctions à appliquer aux hommes au pouvoir à Kinshasa accusés de bloquer le processus électoral, il y a lieu de signaler la restriction de l’octroi des visas de séjour dans l’espace européen, comme l’avait déjà fait la Belgique. Mais, il n’est pas exclu que des sanctions financières leur soient aussi appliquées, comme c’est le cas pour les généraux Célestin Kanyama, Gabriel Amis et John Numbi, épinglés par l’administration américaine comme torpilleurs du processus électoral.

On souligne que les chancelleries occidentales sont particulièrement choquées par les tueries de septembre 2016 (plus d’une cinquantaine de morts selon le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’homme) causées par la répression brutale des manifestants pacifiques par les forces de l’ordre, alors qu’ils voulaient marcher pour protester contre la non-convocation du corps électoral pour le scrutin présidentiel, ce qui présageait la prolongation de son mandat au-delà de son terme légal fixé au 19 décembre 2016. On rappelle qu’après la réunion des ministres des Affaires Etrangères de l’Union Européenne, une autre réunion sur la crise congolaise est annoncée pour le 26 octobre à Luanda, avec la participation des délégués des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de la Conférence Internationale sur les Pays des Grands Lacs et de la SADC (Communauté de Développement de l’Afrique Australe).
Kim
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top