0
Liens commerciaux


*L’annonce en a été donnée, ce samedi 26 novembre 2016 à la Maison du Soft International, sur les hauteurs de Binza Télécoms, à Ngaliema. Témoins de cet événement politique, les journalistes ainsi que les grands cadres de ‘’Kabila Désir’’, une simple association, depuis sa création, mais qui, aujourd’hui, devient un nouveau Parti politique dont Tryphon Kin-kiey Mulumba, le Professeur et, actuellement, Ministre des Relations avec le Parlement, est, à la fois, Fondateur et Autorité Morale. La Majorité présidentielle s’en trouve ainsi renforcée, avec ce tout nouveau-né qui, en dehors du Parti pour l’Action, P.A en sigle, son premier parti, s’assigne des ambitions à la dimension des enjeux politiques présents et futurs en RD. Congo. Pour Kin-kiey, en effet, les objectifs de Kabila Désir, tels qu’ils se déclinent dans ses statuts, sont de quatre ordres, essentiellement. D’abord, promouvoir et pérenniser l’Action et la Pensée de Joseph Kabila Kabange telle qu’exprimée dans sa Vision de la Révolution de la Modernité. Puis, face au déluge de mensonge et au discours de diabolisation, présenter et défendre les acquis politiques et sociaux de Joseph Kabila Kabange. Ensuite, rassembler autour des Valeurs de la République partagées par les forces vives de la Nation; Enfin, conquérir, exercer et conserver le pouvoir. Une telle vision est résumée dans son emblème qui reprend, à l’affiche, l’image de son Inspirateur Joseph Kabila Kabange baignant dans une marre tricolore (rouge, jaune, bleu) comme repris sur le drapeau national. Avec pour devise : ‘’Justice, Travail, Mérite’’, ‘’Kabila Désir’’, en tant que parti politique sérieux, vise, logiquement, à prendre une part réelle aux prochaines élections, présenter des candidats à tous les niveaux, pour disposer, très prochainement, d’un groupe parlementaire digne de son nom, dans les Assemblées nationales, provinciales et locales. Le discours, ci-dessous, en dit long.

MOT DE CIRCONSTANCE DU PROF. TRYPHON KIN-KIEY MULUMBA A L’OCCASION DU LANCEMENT DE KABILA DESIR PARTI POLITIQUE

Mes très chers amis de la presse,

La IIIème Université d’été conjointe PA-KD (Parti pour l’Action-Kabila Désir) réunie du 6 au 7 août 2016 sur ce même site de la Maison du Soft International avait décidé de muer Kabila Désir Asbl en Kabila Désir Parti Politique.

Suite à cette exigence, l’Asbl a mis les bouchées doubles pour apprêter en temps et en heure les actes fondateurs de la nouvelle organisation(Statuts, Règlement intérieur, procès verbaux, etc.) requis par la législation congolaise avant d’accomplir la démarche de chez le Notaire de la Ville et solliciter l’enregistrement de Kabila Désir, Parti Politique, au Ministère de l’Intérieur et Sécurité par le biais de Monsieur le Secrétaire Général en charge des Partis Politiques, après être passé à la DGRAD, la Direction Générale des Recettes Administratives et Domaniales pour le paiement de ce qui est dû au Trésor Public comme l’exige la Loi.

Ce fut un processus long, semé d’embûches, ayant nécessité du temps, et les Camarades de Kabila Désir l’ont soutenu avec brio.

C’est le lieu de remercier spécialement nos équipes de juristes.

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de vous annoncer ce samedi 26 novembre 2016 la reconnaissance de Kabila Désir par procédure d’enregistrement - comme c’est de loi - par arrêté ministériel de Son Excellence Monsieur le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur.

Il s’agit de l’arrêté ministériel n°25/CAB/VPM/MININTERSEC/EB/0164/2016 du 08 novembre 2016 portant enregistrement d’un parti politique.

Kabila Désir, KD en sigle, est désormais un parti politique enregistré comme tout autre parti politique en République Démocratique du Congo.

C’est un moment émouvant-vous vous en conviendrez, nous rendons grâce à Dieu - une nouvelle page s’ouvre pour les Congolaises et les Congolais.

Kabila Désir va désormais occuper l’espace, tout l’espace, mobiliser et agir.

Pour la toute première fois au Congo, après des partis lumumbistes, une organisation politique se décomplexe, voit le jour, se choisit son modèle, Kabila, sans faux-fuyant.

Nicolas Boileau dit:

«Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément».

Mesdames et Messieurs,

Voici dix ans, vendredi 17 février 2006 au matin, je rencontrais notre Président de la République pour la toute première fois de ma vie en son Cabinet du Palais de la Nation, et que je publiais un article resté historique (toujours aussi impérissable car aujourd’hui toujours actuel), que tout le monde peut lire et relire sur le net tellement il est un modèle d’écriture, selon des propos unanimes, dont on pourrait vous remettre une copie à la fin de cette cérémonie: «Ma rencontre avec Kabila» (Le Soft International daté du 23 février 2006).

Je témoignais d’un acte de foi.

Petit florilège - si vous permettez:

«Toute mon approche de Joseph Kabila Kabange était construite et nourrie par nos images d’Epinal».

«Je croyais le Président passant son temps à écouter ses visiteurs. Je l’ai trouvé parfait dans son élément du pouvoir, dans sa maîtrise des questions. Ni trop loquace, ni trop taciturne. Cet homme ne saurait être celui qui se fait rédiger ses interviewes à la presse comme il est parfois présenté ou se fait communiquer les questions des journalistes avant de leur répondre».

«A ce que j’ai vu, il ya trop de mensonge en circulation. C’est le devoir de témoignage».

Je poursuivais: «Ceux qui croient qu’il n’a pas la capacité de gouverner doivent le rencontrer».

Puis: «Dans le passé, j’ai rencontré des monarques, grand et petits, blancs et noirs, je trouve ce Président grand. Ceux qui le disent timide ont tort: il paraît être d’une culture achevée».

Permettez-moi, chers amis, de vous replonger dans l’ambiance de cette matinée du vendredi 17 février 2006 au Palais de la Nation, que décrit l’article.

Voici:

«Qu’elle est tout de même magnifique la télé. Le Président que je vois là est le même que je vois dans la lucarne».

«Professeur Kin-kiey», il s’adresse à moi comme s’il me connaissait de longue date! Comme j’aime à être appelé. Il est si aimable Monsieur le Président».
«A mon tour, j’ai la nette impression de le connaître depuis des lustres. Un Psy y verrait un commentaire. J’aimerais savoir lequel».

«Quand il traverse toute la suite de bureaux pour m’accompagner jusqu’à l’escalier qui conduit au rez-de-chaussée, je sens que cet homme m’a vaincu».

Il m’a envahi; il m’a conquis par toute cette pertinence. Une mission de vérité, un devoir de témoignage surgit en moi.

Messieurs et Mesdames,

Cela se passe le vendredi 17 février 2006 au matin.

Je publie pour témoigner le 23 février 2006.

Bientôt onze ans, dans trois mois. Je dis onze ans!

Ce témoignage n’a pris aucune ride de vieillesse.

Que n’a-t-on pas dit, écrit depuis l’annonce de Kabila Désir le 29 juillet 2014 à Kinshasa; depuis la sortie à l’international à Bruxelles le 14 août 2014; depuis la signature des statuts de l’ASBL à Kinshasa, à l’auditorium du Kempinski Fleuve Congo Hôtel, le 5 septembre 2014?

Qu’est-ce qu’on n’a pas dit ou écrit de détestable? Combien de flèches empoisonnées on ne nous a pas décochées?

Quand d’aucuns rasent les murs, nous crions, depuis onze ans, haut et fort, depuis Masimanimba, depuis Lubumbashi, depuis Kinshasa, depuis Bruxelles, depuis Paris, sur tous les théâtres, nos convictions.

Voilà qu’aujourd’hui, tout le monde s’accorde comme cela a pu être vécu intensément ce mardi 15 novembre en plein hémicycle du Palais du Peuple, au Congrès, lors du Discours du Président de la République sur l’état de la Nation: ce Projet politique Kabila Désir(un Désir de Kabila) est valide, sans doute le plus valide qui soit car le plus clair, le plus déclaratif, le plus fédérateur! Et qu’il avance.

Nous aurions péché (mais contre quoi?) pour avoir été à nouveau, là aussi, les pionniers, pour avoir vu, à nouveau, là aussi, juste?

En février 2006, quand je publie cet article, je n’étais candidat à aucun mandat. Je n’y pensais même pas.

Des Camarades viendront plus tard me voir, à mon hôtel, me SUPPLIER pour que je prenne ma part dans la campagne pour les Législatives.

Indépendant, impossible d’être élu. Je l’ai été - l’un des rares de ce pays - et, aujourd’hui, des sept élus de la législature, j’ai été et reste, le seul réélu de ma circonscription de Masimanimba et, certainement, l’un des rares réélus du pays.

J’ai un fief, le mien, certainement imprenable, tout le monde le sait, tellement je m’y engouffre fort rien.

Elu en 2006, j’ai passé une législature pleine à l’Hémicycle comme Député.

Membre du Bureau Politique de la Majorité Présidentielle, je compte parmi la dizaine de ce Sacré Collège qui décident en 2011 à Kingakati de désigner Kabila candidat à la Présidentielle.

J’assume ce choix historique que je défends et défendrai.

Réélu Député en 2011, c’est peu après que je concrétise cet appel de mon article du 23 février 2006:

«A ce que j’ai vu, il y a trop de mensonge en circulation. C’est le devoir de témoignage».

Lorsque vendredi 10 octobre 2014, nous lançons en la salle Lubumbashi au Pullman Grand Hôtel l’hymne de Kabila Désir, j’ai les yeux pleins de larmes et ces mots à la bouche: «Kabila Désir est le cri de cœur -le cri de révolte - des Congolais décomplexés. C’est aux millions de Congolais qui ne peuvent s’exprimer - habités par la peur? - que s’adresse l’Asbl, et que l’Asbl veut fédérer, convaincue que jamais ce pays n’a eu à sa tête un homme aussi exceptionnel, aussi visionnaire que Kabila Fils. L’hymne interprété par notre Mamu National Tshala Mwana, avec l’énorme talent qu’on lui connaît, fait repartir les braises qui paraissaient aller à l’extinction...».

Et je terminais par ces mots: «Nous avons un Joker; un Joker on ne le perd pas».

Cela va faire onze ans bientôt que le «Devoir de témoignage» nous porte- et chaque jour davantage - et nous bétonne.

Mesdames et Messieurs de la Presse,

Quoi de plus normal que gagnant en force et en étendue, la responsabilité nous appelle à nous exprimer plus encore afin de commencer à bâtir un Projet Politique en mesure de traverser l’Histoire et de résister à l’usure du temps qui passe. Comme au Kenya. Comme en Tanzanie. Comme en Afrique du Sud. Comme en Côte d’Ivoire. Comme en France. Comme partout. Dans le monde, les exemples sont en effet légion.

Les objectifs de Kabila Désir? Tels qu’ils se déclinent dans ses statuts, ils sont de quatre ordres, essentiellement:

Promouvoir et pérenniser l’Action et la Pensée de Joseph Kabila Kabange telle qu’exprimée dans sa Vision de la Révolution de la Modernité;
Face au déluge de mensonge et au discours de diabolisation, présenter et défendre les acquis politiques et sociaux de Joseph Kabila Kabange;
Rassembler autour des Valeurs de la République partagées par les forces vives de la Nation;
Conquérir, exercer et conserver le pouvoir.
L’emblème? L’image de son Inspirateur Joseph Kabila Kabange baignant dans une marre tricolore (rouge, jaune, bleu) comme repris sur le drapeau national.

La devise? Justice, Travail, Mérite.

L’ambition? Prendre une part réelle aux prochaines élections, présenter des candidats à tous les niveaux, disposer d’un groupe parlementaire dans les Assemblées nationales, provinciales et locales.

Jean-Jacques Rousseau dit, je cite de mémoire: «Les moyens que l’on a sont l’instrument de la liberté, ceux qu’on n’a pas et que l’on recherche sont l’instrument de la servitude».

D’ores et déjà, nous focalisons et focaliserons nos forces prioritairement dans des niches, provinces base de Kabila, ce qu’on appelle les Swing States qui ont le plus massivement élu Kabila en 2011, qui constituent des réserves de voix IMPORTANTESde Kabila.

Ces provinces sont: le Katanga, la Province Orientale, le Bandundu. Mais aussi le Maniema.

Avec nos réseaux locaux, nous allons travailler à présenter, expliquer, défendre, à démonter un à un les mécanismes de propagande anti-Kabila mis en place, en interne et en externe.

Mesdames et Messieurs, Camarades, mettons-nous en marche, allons de l’avant.

Je vous remercie.

Kinshasa-Ngaliema,

Maison du Soft International,

26 novembre 2016
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top