0
Liens commerciaux



Le Président de la République a été très clair dans son message sur l’état de la Nation. Il a pratiquement brossé le tableau sombre dans lequel il a trouvé le pays en 2001, avant de parler des efforts fournis pour sortir la RDC de cet état piteux. Ces termes sont du questeur de l’Assemblée nationale, Elysée Munembwe, qui a félicité le chef de l’Etat pour son discours.

A la question de savoir ce qui l’a le plus marquée dans le discours du chef de l’Etat sur l’état de la nation, la questeur de l’Assemblée nationale, Elysée Munembwe, a clairement exprimé sa satisfaction quand au contenu du message du Président de la République.
"Le Président de la République a dressé le tableau sombre dans lequel il a trouvé notre pays à son accession à la magistrature suprême en 2001. Nous devons reconnaître qu’en ce moment notre pays était vraiment en lambeau. En 2001, moi, j’étais du côté du RCD puis du côté du MLC. La République était effectivement divisée. Une partie était dirigée par le RCD, une partie par le MLC, une autre partie par le Gouvernement, un petit morceau par le RCD/KML, un autre petit coin par le RCD/N", relate-t-elle. Tout était en panne, lâche-t-elle.
Elle a poursuivi : " Le pays n’avait aucun schéma démocratique. Sur le plan politique, tout était bloqué. Il n’y avait pas des partis politiques. Même pas un schéma devant mener vers les élections. En ce moment, j’étais enseignante. J’ai travaillé à la Fonction publique et au ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat" .
"Au même moment,poursuit-elle, je vendais au marché. Je me rappelle que, pour 100 dollars, nous avions des sacs de billets de banque. N’oubliez pas les billets qu’on appelait "Mokomboso" ou "Dona Beija". Les pillages de triste mémoire que notre pays a connus en 91 et 93 a contribué à la destruction du tissu économique de la Rd Congo. Ce qui a augmenté le taux de chômage étant donné que les industries ont été totalement détruites".
"C’est dans cet état de délabrement du tissu économique que notre chef de l’Etat a trouvé le pays ", a souligné la questeur de l’Assemblée nationale.

HOMME DE DIALOGUE
Depuis 2001, a poursuivi Elysée Munembwe, le premier citoyen congolais a lancé le dialogue de Sun City. " Et j’étais là. Nous avons signé l’Accord global et inclusif. Il a donné le go de la réunification du pays, parce qu’il est véritablement un homme de dialogue. Il a tenu à sauvegarder la RDC dans ses 2345.000 Km2 sans toutefois céder un seul morceau". "L’Accord global et inclusif signé à Sun City, rappelle-t-elle, a permis de mettre en place le schéma 1+ 4 qui était une première dans l’histoire de l’humanité. Et tout a bien marché. Nous avons réussi à avoir notre Constitution par référendum. Nous avons eu nos deux élections en 2006 et 2011. Nous avons réussi la mise en place de la décentralisation sur fond du découpage et nous avons les 26 provinces".
"Nous avons des institutions qui marchent jusqu’aujourd’hui. Nous avons aussi réussi la réforme de la justice et des services de sécurité ". Et le Président de la République a réalisé tout ça en 15 ans ", a souligné la questeur de la chambre basse du Parlement. A l’entendre, le chef de l’Etat a fait un pas de géant, surtout qu’il avait trouvé le pays dans un état sans schéma électoral.

QUE D’ENGAGEMENTS PROFONDS
Par ailleurs, Elysée Munembwe a évoqué les engagements fermes et profonds pris par le Président de la République dès sa prise de pouvoir en 2001. " Le Raïs a pris des engagements de restaurer la paix et l’unité nationale. Il a pris l’engagement de la libéralisation de l’activité économique, de l’harmonisation de la vie politique, la lutte contre la pauvreté, a-t-elle fait savoir. Et il a reconnu qu’il ne l’a pas fait tout cela seul, mais avec la participation et les sacrifices de tous.

DEFIS A RELEVER
La questeur de l’Assemblée nationale a également abordé les défis à relever pour le développement de la République évoqués par le chef de l’Etat. "Dans son discours, a-t-elle souligné, le chef de l’Etat a aussi parlé des défis qui restent à relever pour le développement de la RD Congo. Au nombre de ces défis, Joseph Kabila a indiqué que les Congolais doivent être jaloux de leur indépendance et de protéger l’intégrité du territoire national. Il a dénoncé la situation qui prévaut dans le Tanganyika entre les Bantu et les Pygmées, dans les provinces du Kasaï central et du Kasaï Oriental où les Congolais sont entrain de s’entretuer. Il a aussi déploré les tristes événements du 19 et 20 septembre 2016.
"Pour le chef de l’Etat, fait remarquer Elysée Munembwe, la stabilité du pays reste un patrimoine que tous les congolais sont sensés protéger. Il a également martelé sur la manière de sauver la démocratie en allant régulièrement aux élections. Pour le Président de la République, aucun agenda politique ne peut justifier la perte des vies humaines, la perte des Congolais. A ce point, il a démontré que la démocratie n’est pas le fait de manipuler la jeunesse".
"Sur le plan social, a souligné l’élue de Walikale, le Président de la République a mis l’accent sur la promotion de la classe moyenne en créant des emplois. Voilà pourquoi il a invité le Parlement, c’est-à-dire l’Assemblée nationale et le Sénat, à voter les lois qui favorisent la promotion de la classe moyenne pour faire des Congolais les premiers investisseurs de la RD Congo".
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top