0
Liens commerciaux

Les manifestations populaires des mois précédents, ont servi d’indics aux services de renseignement pour mieux répertorier les points chauds des contestations, leurs leaders et modes opératoires. L’infiltration des Ministres Denis Kambayi et Egbake Homer dans les milieux des jeunes désœuvrés appelés communément « Kulunas » en dit long sur les intentions du régime à mater toute revendication populaire.



Les quartiers populaires de la Ville de Kinshasa connaissent ces derniers temps des visites crépusculaires intempestives de la police congolaise sous couvert de la lutte contre des Kulunas. Des visites qui n’ont rien à voir avec des bouclages habituels où un quartier entier est cerné dans le but de rechercher des criminels ou des armes à feu.



Ces escadrons qui se promènent en fil indiens font du porte à porte, arrêtent des jeunes garçons et papas, sans distinction aucune, l’exhibition d’une carte quelconque ne sert plus à rien ; destination commissariats juridictionnels de là, ces jeunes ne sont relâchés qu’après avoir payé une amande injustifiée.





Ces opérations se déroulent sans respect des droits et dignités humains, où les enfants assistent parfois à l’arrestation brutale de leur père menotté des jambes aux pieds. Paradoxe, aucun criminel incarceré.


« Les Kulunas sont connus et identifiables »
Ces enfants qu’on appelle communément Kulunas sont bien identifiables par la population et la police congolaises, ils font d’ailleurs objet d’attention particulière des plusieurs personnalités gouvernementales au point qu’on leurs offres argents, cadeaux et organisation des tournois de football. Ainsi vouloir organiser des descentes nocturnes pour les arrêtés n’est qu’une échappatoire.


« Faire peur à la population »
Le pouvoir de Kinshasa peaufine plusieurs stratégies enfin de faire face à la date fatidique du 19 décembre. Il a l’avantage du fait que l’élément surprise n’existera pas, mais par contre, il doit veiller à ce que ces contestations ne débordent au point de rendre le pays ingouvernable.

La population kinoise a un désavantage à son actif à savoir « La peur ». C’est ainsi que le pouvoir cherche a amplifié celle-ci afin que le jour-j, il puisse avoir moins des manifestants possibles.



Toutefois, Joseph Kabila doit savoir que c’est la quasi-totalité de la population qui est contre son troisième mandat, réduire cette contestation aux seuls shégués est une grave erreur. La chute du régime est proche.



Mudjikolela analyste politique
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top