0
Liens commerciaux



Tel un coup de tonnerre, la nomination par Ordonnance présidentielle du Premier Ministre issu de l’Opposition, Samy Badibanga Ntita, a secoué l’arène politique de la République démocratique du Congo. Grande satisfaction pour les uns, profonde consternation pour les autres ! Paradoxalement, la Majorité Présidentielle salue ce « bon choix » fait par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, conformément à l’esprit et à la lettre de l’Accord politique fruit du Dialogue national, alors que le Rassemblement made in Genval (Belgique) d’où est issu l’heureux promu manifeste son mécontentement. Leur dernière trouvaille en date est celle d’imputer la nationalité belge l’ancien et unique Conseiller spécial de leur leader et Président du Comité de Sage, Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Les ténors de cette campagne de diabolisation et de discrédit ne sont autres que Franck Diongo et Olivier Kamitatu avec qui Samy Badibanga « mangeait » il y a seulement quatre jours. Quelle méchanceté et mauvaise foi !

«Je ne peux pas permettre que la République démocratique du Congo soit prise en otage par une frange de sa classe politique », déclarait Joseph Kabila, le 15 novembre dernier, aux Députés et Sénateurs réunis en Congrès. Comme l’eau de roche, il est clair que le Chef de l’Etat s’adressait au Rassemblement de l’Opposition qui, à vrai dire, fait le jeu du « glissement » avec son avalanche des préalables et ses revirements à répétition. Jusqu’à quand ces opposants continueront-ils à souffler le chaud et le froid ?

Jusqu’à la veille de sa nomination comme Chef du Gouvernement, Samy Badibanga, aura été tout au long de cette législature à la tête du groupe parlementaire UDPS et Alliés à l’Assemblée nationale de la RDC. Diongo et Kamitatu ne savaient-ils pas que le nouveau Premier Ministre était belge ? Ce digne fils du pays avait aussi participé activement aux négociations sécrètes entre son parti, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), et la mouvance présidentielle notamment, à Ibiza (Espagne), à Venise (Italie). Et quand Samy Badibanga avait pris part aux rencontres de l’Opposition congolaise à Gorée (Sénégal) et dans la banlieue bruxelloise de Genval (Belgique), n’était-il pas sujet belge ? A en croire le site web du ministère belge de la Justice, la majeure partie des conclavistes de Genval étaient « chez eux en Belgique ». Le Secrétaire Général adjoint de la MP, Joseph Kokoniangi, avait relevé cette violation de la Constitution du Congo-Kinshasa lors d’un point de presse. Par ailleurs, lorsque Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi et Samy Badibanga, s’étaient retrouvés à Paris en France, cliché publié par le célèbre magazine Jeune Afrique, le nouveau Premier Ministre était, en ce moment, Congolais ou Belge ? Et le Sphinx de Limete auprès de qui il avait presté comme Conseiller spécial n’avait-il pas constaté sa nationalité belge ? A une époque récente, José Makila Sumanda, alors Député national, avait voulu ouvrir cette boîte à pandore, c’est le Speaker de la Chambre basse du Parlement, Vital Kamerhe, qui avait proposé un moratoire qui court jusqu’à ce jour. Cette campagne de diabolisation et de discrédit contre Samy Badibanga est tout simplement de la distraction et pure jalousie. Rien d’autre !

Pourtant, des grands dossiers attendent le nouveau locataire de l’Hôtel du Gouvernement. Pour Samy Badibanga, les priorités sont donc de former l’équipe gouvernementale d’union nationale, redimensionner le budget 2017, préparer le discours programme en vue de l’investiture au Parlement. Halte à la distraction ! Il serait plus sage de réviser l’article 10 de la Loi Fondamentale puisqu’un grand nombre d’acteurs congolais tombent sous le coup de la double nationalité. Bon vent au nouveau Chef du Gouvernement congolais !
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top