0
Liens commerciaux


C’est un véritable coup de pied dans la termitière qu’Olivier Kamitatu a tapé avec son bidonnage de sondage au moyen de son bureau de sondage BERCI tiré des oubliettes de sa petite histoire. Depuis, le Rassemblement grouille de récriminations au point que les observateurs n’en paient plus cher la peau. Les sociétaires d’hier seulement commencent désormais à scruter des horizons différents, et les observateurs ne s’étonnent pas si, d’un jour à l’autre, Katumbistes et Tshisekedistes de tous bords se rentrent dedans… grâce à l’œuvre dévastateur de Kamitatu, connu pour ses trahisons.
Les débats ont toujours été nourris au sein des états-majors des partis de l’opposition radicale. La raison en est simple : les leaders de ces boutiques politiques sont autant des présidentiables au point qu’il y sévit une guerre latente, même au sein du Rassemblement, quant à la gérance des ambitions. Le Rassemblement, qui a la faiblesse de n’être qu’un agrégat hétéroclite qui a risqué de rapprocher les partis politiques hétérogènes qui se haïssent entre eux, est plus concerné par cette observation. Même si Moïse Katumbi a proposé l’organisation des primaires dans le giron de l’opposition, le fait que tous les leaders de ces partis ont remis à plus tard cette approche prouve qu’ils prennent la question au sérieux pour ne pas se faire rouler ou dribler par qui que ce soit. La méfiance est perceptible au sein de cette plateforme conjoncturelle dont l’unité délicate ne tient qu’à la distribution des billets verts par Moïse Katumbi, et par les recommandations des capitales occidentales. C’est, hélas, dans cette atmosphère que les résultats du sondage « réalisé » par le Bureau d’Etudes, de Recherches, et de Consulting International (BERCI) ont été rendus publics.

L’opinion congolaise a été estomaquée par les résultats, qualifiés de pure invention de laboratoire politique de torsion d’opinion publique, du « sondage d’opinion » réalisé par Berci. Congovirtuel a consacré une brillante analyse là-dessus dans un de ses articles antérieurs.

Ce rapport de sondage a suscité une vague de réactions dont celui d’un cadre de l’UDPS qui a déclaré ce qui suit sous le sceau de l’anonymat : « Les intentions de vote de Katumbi sont presque le double de celles de Tshisekedi! Impossible! Cela ne peut s’expliquer que par la proximité de Kamitatu avec Katumbi », dit ce cadre de l’UDPS, furieux après avoir pris connaissance des résultats de ce sondage. Et d’ajouter que: «Tshisekedi est le plus populaire de tous. Il draine des foules sans payer un rond. Ses mots d’ordre sont suivis par la majorité des Congolais, ce qui n’est pas le cas de Katumbi dans son fief supposé : le Katanga. Ses mots d’ordre ne sont jamais suivis d’effets. S’il était si populaire qu’il le prétend, le Katanga serait ingouvernable. Avec Kyungu et Mwando notamment, Katumbi pouvait paralyser le Katanga s’il était autant populaire qu’il le prétend afin de faire fléchir Kabila. Or il n’en est rien». Et ce tshisekediste pur-sang de poursuivre, le couteau entre les dents : «Katumbi confond renommée et popularité. Renommée acquise grâce au Tout-Puissant Mazembe qui n’est pas à confondre avec l’adhésion politique », précise-t-il. Pour lui, «ce sondage est une tentative éhontée de manipuler l’opinion». « Il risque, ajoute-il, de diviser le Rassemblement ». Ce cadre n’a pas voulu dévoiler son identité, car, dit-il, «cela va fragiliser davantage le Rassemblement». Mais, il trouve dommage que les Katumbistes veulent disputer le leadership à Tshisekedi en insinuant que Katumbi est plus populaire que lui. « Qu’il le prouve alors à la loyale et non à l’aide des sondages bidon », fulmine ce Tshisekediste.

« Contrairement à Katumbi, Kamerhe, lui, peut se targuer d’être populaire dans son fief du Sud-Kivu où ses mots d’ordre sont largement suivis notamment à Bukavu », se permet la comparaison ce cadre de l’UDPS. « C’est vraiment un sondage à polémique qui risque de nous faire du mal », conclut-il.

Un chef d’œuvre de manipulation populaire réalisé par Olivier Kamitatu

Olivier Kamitatu est le patron de BERCI qui a réalisé le prétendu sondage d’opinion. Ceci s’est malencontreusement ri de toutes les normes scientifiques en la matière, généralisant les pseudos résultats de son échantillon imaginaire à l’ensemble de la population congolaise. Une malhonnêteté et une supercherie qui n’ont d’égal que l’éperdue ambition du commanditaire de ce sondage pour damer le pion à tous les présidentiables sérieux de la RDC et bafouer les autres présidentiables déjà déclarés, comme Martin Fayulu, par exemple. Face au besoin, Olivier Kamitatu a mijoté une recette pour faire plaisir à son maître et justifier la sortie des dollars à son compte. En effet, le besoin de Kamitatu en argent est devenu comme une sorte d’addiction, et ceux qui le connaissent bien peuvent le témoigner.

Contre toute attente, cependant, sa recette a été boudée par ses destinataires et a entraîné une rocambolesque levée de boucliers au sein du Rassemblement.

Vu que gastronomie a eu un mérite rarissime de diviser le noyau dur du Rassemblement, certains analystes ont émis l’hypothèse qu’Olivier Kamitatu est en réalité l’infiltré de Joseph Kabila de qui il a reçu la mission de le diviser. Ces analyses se souviennent, cependant, que ce métis n’est pas à son premier coup de trahison, toujours motivé par les promesses et l’argent du plus offrant. Olivier Kamitatu a déjà trahi, sans froid aux yeux, son grand ami, Jean-Pierre Bemba, pour Joseph Kabila qu’il a aussi trahi en faveur de Moïse Katumbi, un autre métis. Pour des raisons qui ne sont connues que de lui-même, Olivier Kamitatu vient d’asséner un coup de massue au Rassemblement dans le but manifeste de le voir imploser. Un coup qui ne peut être que du goût du principal camp adverse.

A l’UDPS, on a craché et juré : Moïse Katumbi a cherché à se donner une importance qu’il n’a pas et a osé récuser l’aura politique d’Etienne Tshisekedi. Les autres leaders du Rassemblement venus de l’Alternance pour la République et de la Dynamique de l’opposition ne sont pas en marge de cette épidémie de mécontentement. Reste à voir comment Moïse Katumbi réagira face à la stratégie de malheur lui concoctée par Olivier Kamitatu et qui a été un véritable tsunami pour lui, risquant même de compromettre tout le plan élaboré et de jeter sur le feu quantité des billets distribués pour racoler des alliés.



Yvon RAMAZANI Congovirtuel.net
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

Radek Suprême l ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .

Radek Suprême l  ' Album " Billet d ' écrou " Disponible .
Chez Diego Music .
 
Top