Liens commerciaux

0
* « Le 19 décembre sera une journée ordinaire ... comme tous les autres jours de l’année »

Le commissaire provincial de la police ville de Kinshasa, le général Célestin Kanyama a tenu ainsi à rassurer les Kinois qui ploient de plus en plus sous la psychose des messages émanant de plusieurs alarmistes.

Cette adresse s’avère une manière pour le général Kanyama de dissiper tout malentendu et les rumeurs qui courent à travers la capitale congolaise en rapport avec cette date marquant « la fin du mandat constitutionnel de Joseph Kabila ».
Au cours d’une parade organisée hier mardi 6 décembre, le Général Célestin Kanyama a appelé les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) à la discipline et au respect des consignes, avant et après les opérations de maintien de l’ordre, selon les plans établis par la hiérarchie pour obtenir de bons résultats. Il les a également exhortés à ne pas céder aux manœuvres des politiciens mal intentionnés.
Le commissaire provincial de la PNC a indiqué que tous les « points chauds » de la ville seront occupés le jour et la nuit par les agents de la police pour sécuriser la population. Il a, par ailleurs, invité cette dernière à faire confiance à la police.
Pour le général Kanyama, les agents de l’ordre ne devront, en aucun cas, se faire intimider par qui que ce soit. Au contraire, a-t-il souligné, la police doit maîtriser les manifestants qui s’évertueraient à troubler l’ordre public. Il a, par ailleurs, instruit les agents commis au contrôle de la circulation routière de mettre tout en œuvre pour favoriser la fluidité de la circulation dans la ville de Kinshasa à l’occasion des fêtes de fin d’année ».

PANIQUE DANS LES CHANCELLERIES
Au fur et à mesure que se rapproche l’échéance du 19 décembre, coïncidant avec la fin constitutionnelle du mandat de Joseph Kabila, la psychose semble gagner plusieurs habitants de Kinshasa, et même certaines chancelleries occidentales qui redoutent le pire pour leurs ressortissants. Pour ces dernières, la tendance est de les évacuer, même contre leur volonté s’il le faut, avant que les choses ne se gâtent.
La Belgique, qui a été la première à surfer sur ces appréhensions, a carrément déconseillé à ses ressortissants, via un communiqué de son ambassade à Kinshasa, publié le vendredi dernier, de venir en RDC, tout en demandant ceux qui y sont de « limiter leurs déplacements ». Le communiqué est on ne peut plus clair : « Au vu des tensions politiques et des risques de nouvelles manifestations d’ici la fin de l’année en République démocratique du Congo (RDC), l’avis de voyage du SPF Affaires étrangères, à titre de précaution, recommande désormais de reporter tout voyage non essentiel vers la RDC. Similairement, les Belges habitant sur place sont invités à évaluer si leur présence en RDC au cours des semaines à venir est indispensable. Il leur est recommandé de faire preuve de la plus grande prudence lors de leurs déplacement », peut-on lire.
Le département d’État américain vient aussi de se mettre au pas, en demandant depuis le 3 décembre aux ressortissants américains, de quitter le territoire congolais avant la date du 19 décembre. « Les citoyens américains en RDC devraient envisager sérieusement de quitter le pays avant cette date », peut-on lire dans le communiqué publié à cet effet.
Les membres de famille du personnel de l’ambassade américaine à Kinshasa et du personnel (non auxiliaire) ont été exhortés à quitter le pays à compter du 10 décembre 2016, « en raison de la détérioration de la situation sécuritaire prévisible ».
À ceux qui n’ont pas l’intention de « dégager » le territoire congolais, il est conseillé de prendre quelques dispositions d’usage telles que la limitation de leurs déplacements. Pour ceux qui ont prévu de voyager vers la RDC, il leur est recommandé de remettre à plus tard tout « déplacement non essentiel ».
Il en est de même pour le Canada dont l’ambassade appelle à l’évacuation de ses ressortissants, comme l’atteste un communiqué circulant à travers les réseaux sociaux à Kinshasa. Le pays pays d’Amérique du Nord prie, par ailleurs, ceux de ses ressortissants qui auront choisi de demeurer en RDC en cette période de faire preuve d’une « grande prudence ». Rachidi MABANDU


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top