Liens commerciaux

0

Une lettre adressée au Ministre des Finances de la RD. Congo et signée par son collègue de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalanga, a permis aux Congolais de découvrir que l'ex-Congress women américaine Cynthia McKinney était sur le chemin de retour pour défendre à nouveau la souveraineté de la RDC à partir de Washington.

En effet, un corbeau, certainement membre d'un des cabinets de deux Ministres congolais, avec l'intention de montrer la faiblesse du Gouvernement à gérer le secret dans ses correspondances, ou tout simplement, de déstabiliser le régime de Joseph Kabila, aurait numérisé la correspondance du Ministre de la Communication et Médias, avant de la divulguer sur le grand boulevard de réseaux sociaux sur le net.

L'opinion tant nationale qu'internationale a découvert que le Gouvernement congolais avait conclu avec l’ancienne Sénatrice Mckinney, un contrat de lobbying en faveur de la RDC auprès des institutions américaines à Washington et de la scène internationale. Le Ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalanga, a confirmé l'authenticité de la lettre et a affirmé à l'AFP que le Gouvernement de la RDC était en négociations avec l'ancienne parlementaire Cynthia McKinney pour améliorer l'image de marque du pays, écornée et malmenée par l'opposant Moïse Katumbi et l'administration Obama.

Réagissant aux diverses réactions et publications à travers les médias et les réseaux sociaux, Cynthia McKinney affirme n'avoir touché aucun centime du Gouvernement de Kinshasa. «Vu la façon dont ce document est formulé et la vitesse avec laquelle il a été publié sur les réseaux sociaux, cela me donne surtout l'impression que soit quelqu'un a cherché à me salir, soit que j'ai été victime d'un traquenard (...). Je rassure tous les Congolais sur le fait que je n'ai jamais touché un centime pour tout ce que j'ai fait jusqu'ici pour la République Démocratique du Congo », a déclaré l’ancienne Sénatrice américaine, avant d'affirmer que ces actes indélicats ne l'empêcheront jamais de défendre le droit du peuple congolais à l'autodétermination, à la vérité et à la justice. «J'aiderai des vrais Congolais déterminés à sortir leur pays de l'impasse, de l'occupation étrangère et du pillage dont il est aujourd'hui encore l'objet ».

Il faut rappeler qu'en Août 1999, Cynthia McKinney, alors Sénatrice, avait adressé une lettre musclée au Président Bill Clinton pour dénoncer vigoureusement la politique africaine de son administration qui consistait à déstabiliser l'Afrique et permettait, ensuite, le pillage des ressources minières de la RDC par certains Etats voisins qui, au fait, furent ses alliés.

A la suite de ce brûlot adressé au Président Clinton et du bras de fer qui s'en suivra avec celui-ci, la Sénatrice, fervente admiratrice de Patrice Lumumba, démissionnera du Parti démocrate pour créer the "green party", le parti des verts américains, avant de se présenter comme candidate aux élections présidentielles américaines en 2008, après six mandats d’affilée au Sénat américain. Cynthia McKinney est très sollicitée à travers le monde aujourd'hui pour animer des conférences sur les civilisations et la culture. Plusieurs Congolais saluent son retour sur le terrain congolais, en parlant d'un engagement loyal de celle qui a déjà des larges cicatrices pour la défense de la cause de la RDC.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top