Liens commerciaux

0
La presse de Kinshasa commente largement ce mercredi la présentation du projet d’accord qui sera signé par les participants aux discussions directes organisées par la CENCO. Elle évoque aussi la levée de l’immunité du député Gabriel Kyungu.
 
Le comité de rédaction de l’accord qui doit sanctionner les discussions directes entre la Majorité et l’opposition composé d’Azarias Ruberwa, Norbert Nkulu Kilombo, Delly Sessanga et Eve Bazaiba, est appelé à rendre sa copie ce mercredi au Centre Interdiocésain, rapporte Le Phare.
Cet exercice, précise le journal, va se passer devant les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et le groupe restreint de travail qui avait dégagé les grandes lignes de l’accord politique sur la gestion du pays après la fin officielle du second mandat présidentiel de Joseph Kabila.
 
La Prospérité fait remarquer le travail des évêques catholiques ne sera pas facile et titre : « Dialogue bis : le diable se cache dans les 5% qui bloquent ».
 
Pour le tabloïd, trois noms bloquent la signature de cet accord : Corneille Nangaa, président de la CENI, que le Rassemblement veut évincer mais que les signataires de l’accord du 18 octobre soutiennent, Samy Badibanga et Moïse Katumbi.
 
Le Rassemblement veut aussi le départ de Samy Badibanga et certains cadres de la Majorité présidentielle s’opposent à la fin des poursuites contre Moïse Katumbi.
 
Les journaux kinois commentent aussi la levée de l’immunité parlementaire du député provincial Gabriel Kyungu wa Kumwanza.
«Immunités levées: Kyungu, option mandat d’arrêt», titre Africa News.
 
Le bihebdomadaire renseigne que les députés provinciaux du Haut-Katanga ont retiré les immunités parlementaires à Gabriel Kyungu poursuivi pour offense au chef de l’état. Pour Africa News, l’assemblée provinciale du Haut-Katanga envoie à la barre le président national de l’UNAFEC qui devra présenter ses moyens de défense devant les juges.
 
L’Avenir précise que désormais, le procureur général de la République pourra, à n’importe quelle heure et n’importe où, se saisir de lui pour qu’il réponde des faits mis en sa charge.
 
Pour Forum des As, cette levée des immunités est un couac à la décrispation.
Le quotidien reprend les extraits du communiqué de la plateforme G7 dont Kyungu est vice-président, et note que le G7 s’indigne qu’une telle décision soit prise au moment où toute la classe politique est réunie au Centre interdiocésain pour décrisper l’environnement politique national.
 
Cette plate-forme de l’opposition attire l’attention des autorités du pays sur les retombées que pourrait occasionner une telle mesure et se réservent le droit de tirer toutes les conséquences qui découleraient d’éventuels ennuis judiciaires contre Gabriel Kyungu wa Kumwanza.
 
La Prospérité révèle, de son côté qu’après cette décision de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga, le G7 menace de quitter les discussions directes facilitées par la CENCO au moment où
Le Phare constate que la Majorité présidentielle applique une décrispation à deux vitesses.
 
D’un côté, fait remarquer le tabloïd, elle relâche les prisonniers politiques et d’opinions au compte-gouttes, et de l’autre, elle les remplace par de nouvelles victimes. Alors que l’on venait de saluer les sorties de prisons de Christopher Ngoy, de Bruno Tshibala du Rassemblement ainsi que de quelques activistes des mouvements citoyens, l’horizon vient de s’assombrir avec l’arrestation du député national Franck Diongo et sa mise en accusation devant la Cour suprême de Justice, ainsi que la levée de l’immunité du député provincial Gabriel Kyungu, autre poids lourd du Rassemblement, note le journal.
 
Le Phare se demande, au regard de ce tableau si le pouvoir en place est réellement animé de la volonté de décrisper le climat politique.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top