Liens commerciaux

0

Après d’âpres négociations, les délégués du Rassemblement et du Front pour le Respect de la Constitution ainsi que ceux des signataires de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine tablent, enfin, sur un compromis. C’est ce qui ressort des travaux effectués hier, jeudi 22 décembre 2016, au centre Interdiocésain où se tiennent ces discussions directes sous la conduite de la CENCO. Pour parvenir à cette entente, il a fallu bien de la sueur, de l’imagination et pourquoi pas de prières aux évêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo. Dès leur retour du périple effectué auprès du Pape François, suite au regain de tension provoqué par les événements du 19 et 20 décembre, Marcel Utembi et ses pairs ont tapé du poing sur la table.

Primo, c’est un ultimatum qui aura été lancé aux dialogueurs pour qu’un Accord ait lieu avant le 25 décembre, date de la célébration de la Noël. Secundo, les évêques ont opté pour un rétrécissement du format des participants qui est passé de 32 à 16 puis hier, à 10 participants. A la fin des échanges, aux environs de 22 heures 30’, tous les dialogueurs ont été détendus. ‘’Il y a des avancées spectaculaires. Aujourd’hui, c’est la fumée grise et demain ce sera, assurément, de la fumée blanche. Toutes les composantes ont levé l’option que le Président Kabila reste en place.

Personne ne pourra toucher à la constitution pendant cette transition. La participation au Gouvernement central pourrait être réclamée par d’autres composantes politiques mais l’Assemblée Nationale et le Sénat demeure. C’est pareil pour les Gouvernements provinciaux. Les élections peuvent être projetées en 2017. Je crois fermement que la signature de l’Accord peut être intervenir demain (aujourd’hui). La liste de prisonniers politiques et détenus politiques ou d’opinions sera amendé si possible ce vendredi. Le Président de la République a fait deux grandes concessions. ‘’, a révélé Vital Kamerhe.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top