Liens commerciaux

0



*Le vendredi 9 décembre, au deuxième jour des discussions directes entre les signataires et les non-signataires de l’Accord politique de la cité de l’Union Africaine, au centre interdiocésain, à la Gombe, la tension est montée d’un cran. La question de quota réservé aux différentes composantes formant un camp réuni aux côtés d’Etienne Tshisekedi a fait couler beaucoup d’encre. Alors qu’ils comptaient, en somme, cinq délégués, en marge de la liste transmise, le jeudi 8 décembre auprès de la CENCO, sans qu’il ne puisse être consulté en guise d’information, le MLC et ses alliés, a vu son quota être réduit à deux. Aussitôt qu’ils l’ont remarqué, aussitôt les émissaires du Front pour le Respect de la Constitution ont claqué la porte, en demandant aux évêques de revoir ladite liste. Des irritations, incompréhensions, incertitudes,… qui ont conduit les princes de l’Eglise catholique a suspendre ce forum jusqu’au mardi 13 décembre pour une nouvelle plénière. Mais, la feuille de route a été adoptée.

Il est indéniable que la première part dans l’immense travail qui reste à faire afin d’aboutir à un compromis politique était, bel et bien, de voir ces deux camps se mettre autour d’une table pour des pourparlers de paix. Une chose qu’ont accomplie les prêtres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo grâce à leurs missions de bons offices ayant reçu le soutien de Joseph Kabila, Etienne Tshisekedi ainsi que de la communauté internationale. En marge de la cérémonie d’ouverture et du discours prononcé par Marcel Utembi, le président de la CENCO, le jeudi 8 décembre, d’aucuns ont vraisemblablement cru en une bonne issue le plus rapidement possible. Pourtant, la situation semble se compliquer après ce qui s’est passé hier, au centre interdiocésain d’autant plus que ces assises se sont ouvertes sans la présence du MLC et ses compères. Quoi qu’il en soit, le MLC et ses alliés étaient absents de la salle, le médiateur de ce deuxième round du dialogue politique, la CENCO, a fait adopter l’ordre du jour et, en même temps, il a remis un document de travail à tous les participants. A cet effet, Bien que les évêques aient ajourné la plénière, il appert que les échanges se poursuivront au niveau de la commission afin que le mardi chaque camp, en l’occurrence, les acteurs puissent amener des propositions concrètes de leurs analyses par rapport aux divergences qui ont été relevées lors du point de presse de cette institution, le vendredi 2 décembre dernier. En outre, il est question de colmater des brèches sur le problème du quota dans le souci que toutes les parties prenantes participent, la semaine prochaine.

Se ressaisir

Au moment où toute la population espère un compromis consensuel d’ici l’inexorable date du 19 décembre, il paraît inconcevable que les différents acteurs politiques spéculent sur les quotas qui leur sont réservés dans ces négociations. L’important pour le peuple congolais, à l’ère où les festivités de fin de l’année s’annoncent proches, est de vivre sans psychose, vaquer librement et sûrement à leurs occupations et festoyer confortablement.

Ainsi, ces 30 mandatés, de part en part, portent le souci de tous les congolais. Subséquemment, ils doivent éradiquer leurs égos, oublier leurs conflits personnels,… afin de vider cette crise en instituant une transition pacifique qui aboutira à la paix dans tous les coins et recoins du pays consacrée par des élections crédibles.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top