Liens commerciaux

0



*Ces crédits vont assurer le fonctionnement minimum des services publics.

Sur 338 députés à la plénière d’hier 26 décembre, 335 ont voté oui, donc le projet de loi portant ouverture des crédits provisoire est déclaré recevable et envoyé au Sénat pour une seconde lecture. C’est l’essentiel de la plénière d’hier lundi dirigée par Aubin Minaku consacrée à la présentation du projet de loi, portant ouverture des crédits provisoires pour le mois de janvier de l’année prochaine. Ce projet de loi était présenté par le ministre d’Etat en charge du Budget Pierre Kangudia, accompagné de ses collègues des finances et du Plan.

Ces crédits sollicités vont assurer le fonctionnement minimum des services publics pour la période du 1er janvier au 31 janvier, a fait savoir le ministre d’Etat, avant d’ajouter que c’est pour gagner du temps que le gouvernement d’union nationale a sollicité l’ouverture de ces crédits. Pour lui, le mois de janvier 2017, les crédits provisoires sont calqués sur le budget 2016.
Le ministre d’Etat a indiqué que, pour la même période, les assignations budgétaires s’élèvent à 557,9 milliards CDF pour 458,1 milliards CDF du budget national. Ces crédits provisoires sont le 1/12ème de la loi des finances publiques numéro 16/006 du 29 juin rectificative arrêté à 6. 694, 5 milliards CDF, a déclaré Kangudia.
D’après lui, les recettes prévues sont ventiler de la manière suivante : 365 milliards FC/ Recette internes ; 252 milliards / douanes ; 144,8/Impôts ; 48,9 milliards/ non fiscales ; 11,8 milliards FC/pétroliers producteurs ; 7,8 milliards FC/exceptionnelles ; 98,5 milliards FC/recettes extérieures.
Pierre Kangudia a invité ses collègues à respecter la cure d’amaigrissement pour respecter la proportion retenue telle qu’elle sera approuvée. Les élus du peuple ont approuvé ce projet de loi, moyennant amendement.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top