Liens commerciaux

0
Le vice-premier ministre, ministre des transports et voies de communications, José Makila Sumanda, s’est engagé vendredi, lors de la remise et reprise avec le ministre sortant, Justin Kalumba Mwana Ngongo, à poursuivre l’action amorcée par son prédécesseur, à travers la promotion des équipements du secteur, en vue de l’amélioration des conditions de mobilité de la population.

« Le ministère des transports est un secteur très complexe mais très important pour le développement et la relance de l’économie du pays. Tous les secteurs des transports feront l’objet d’une attention particulière au cours de mon mandat », a dit le Vice-premier ministre qui a remercié le Président de la République pour la confiance placée en sa modeste personne.

Il s’est engagé à pérenniser des projets initiés dans le secteur et à les étendre à travers tout le pays citant, à titre d’exemple, le projet « esprit de vie » et « Transco », initiés dans le secteur de transport routier, lesquels ont produit des résultats escomptés.

Dans le secteur aéronautique, Makila entend poursuivre l’action amorcée par son prédécesseur visant à sortir le pays de la liste noire de l’UE et à mener des actions de renforcement des capacités dans la navigation aérienne en vue d’améliorer les conditions de sécurité.

Il s’emploiera également à soutenir les actions de la société aérienne congolaise « Congo Airways » pour l’extension de son réseau domestique et international, précisant que le seul mot demeure : « la rigueur et le respect des textes en vigueur en vue de réduire les cas d’accidents enregistrés dans ce secteur ».

Dans le secteur lacustre et ferroviaire, le Vice-premier ministre entend renforcer les capacités des sociétés du secteur en vue d’accroitre les capacités d’accueil des unités d’exploitation.

Le vice-premier ministre, Makila a salué les actions déployées par son prédécesseur les quels ont contribuées au rayonnement du secteur des transports de la RDC.

Il a indiqué que son ministère s’inspirera de la politique de la révolution de la modernité prônée par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, pour la poursuite du programme de réhabilitation des infrastructures des transports.

Le ministre sortant, Justin Kalumba, a expliqué au nouveau patron du secteur des transports, la complexité du secteur des transports congolais en épinglant à l’occasion des maux qui le ronge.

Plan : le ministre d’Etat pour la mise en œuvre du programme gouvernemental

Pour sa part, le ministre d’Etat et ministre du Plan, Jean Lucien Bussa Tongba s’est engagé à mettre en œuvre le programme du gouvernement dans son secteur tel qu’adopté jeudi à l’Assemblée nationale, à l’issue de la remise reprise avec le ministre sortant Georges Wembi.

« Nous ne sommes pas venus ici dans un esprit de balkanisation de la technologie de la gestion du ministère mais de créer pour que notre mandat à la tête de ce ministère soit positif », a déclaré M. Bussa.

Il a fait remarquer qu’il prend les fonctions du ministre de Plan dans un moment particulièrement difficile sur les plans économique, social et politique. Le ministère du Plan est censé réfléchir pour une mise en place d’un plan cohérent de développement économique du pays marqué par une approche des résultats, a dit Lucien Bussa. Il a, en outre, rendu hommage au Président de la République pour le choix porté à sa candidature.

Le ministre sortant, Georges Wembi a attiré l’attention du ministre d’Etat sur les dossiers pendants relatifs au projet de loi sur le partenariat public-privé en discussion au niveau du parlement et le recensement général de la population et de l’habitat dont le lancement des travaux cartographique est une urgence pour la réalisation des programmes sectoriels.

ITPR : encore des possibilités pour bâtir un pays plus beau qu’avant, selon le ministre Thomas Luhaka Losenjola

De son côté, le ministre des Infrastructures, travaux publics et reconstruction, (ITPR), Thomas Luhaka Losenjola, a indiqué qu’il est encore possible de bâtir un pays plus beau qu’avant, au cours de la cérémonie de remise reprise vendredi avec Fridolin Kasweshi Musoka, ministre sortant de ce secteur.

Le ministre Luhaka s’exprimait ainsi au regard de l’image que présente aujourd’hui le réseau routier congolais caractérisé par une voirie délabrée et les routes d’intérêt général en majorité en terre battue.

« Il est possible de faire quelque chose si on a la volonté. L’accompagnement des hommes et des femmes qui ont fait preuve d’imagination et d’ardeur au travail est un atout majeur pour la réussite », a dit le ministre Thomas Luhaka.

Le ministre Luhaka s’est déclaré, en outre, réceptif aux bonnes idées et suggestions visant à transformer le visage de la République démocratique du Congo à travers les infrastructures, avant de remercier le Chef de l’Etat pour sa désignation à la tête de même ministère.

Le ministre sortant, Fridolin Kasweshi Musoka a rendu hommage au chef de l’Etat pour la confiance qu’il a placé en lui pendant six ans et dix mois à la reine dudit ministère.

Il s’est félicité du fait que le ministère des ITPR soit confié à une personne engagée sur la voie de développement et de la consolidation de la paix et de la démocratie, avant de rassurer à son successeur sa disponibilité à lui apporter des explications nécessaires sur un problème du secteur.

Le vice-ministre entrant des ITPR, Papy Mantezolo, le ministre provincial des ITPR de la ville de Kinshasa Luzolano, les secrétaires généraux aux ITPR et à la reconstruction, les directeurs généraux des entreprises pérennes et le coordonateur de la cellule infrastructures ont pris part à cette cérémonie de remise reprise.

Tourisme : le nouveau ministre s’engage à rendre le secteur contributeur au PIB de la RD

De son côté, le Ministre entrant du Tourisme, André Moke Sanga, a promis de faire du secteur du tourisme un domaine contributeur au produit intérieur brut( PIB) de la RDC, dans son mot à l’occasion de la cérémonie de remise et reprise avec le ministre sortant, Elvis Mutiri vendredi à Kinshasa.

Le secteur du tourisme constitue, selon lui, une industrie à capitaliser par le gouvernement dans une vision de développement de la République démocratique du Congo aux mêmes titres que les autres secteurs économiques du pays.

A cet effet, il s’est inscrit dans la logique de la continuité des actions entreprises par son prédécesseur visant à faire du tourisme un secteur rentable pour le pays.

En outre, le ministre Elvis Mutiri a brossé à l’intention de son successeur la situation générale du tourisme congolais, soulignant qu’il est concerné par les 23 mesures de relance et de stabilisation de l’économie.

La lutte actuelle, a-t-il dit, consiste à faire des sites touristiques congolais des meilleures destinations du monde, au regard de leur importance et de la variété de la faune et des flores. Le tourisme, a-t-il ajouté, doit devenir une source des recettes au même titre que les mines.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Secrétaire générale au tourisme et des dirigeants de l’Office nationale de tourisme(ONT).

Commerce extérieur : le nouveau ministre promet de poursuivre les actions de son prédécesseur

Le nouveau ministre du Commerce Extérieur, Aimé Boji Sangara Bamanyirwe, a promis de poursuivre des actions entreprises par son prédécesseur, au cours de la cérémonie de remise et reprise.

M.Boji a pris l’engagement de tout mettre en œuvre en vue d’assurer le rayonnement du ministère au niveau national, sous régional et continental, tel qu’exprimé par le Premier ministre Samy Badibanga dans son discours programme, jeudi devant les députés nationaux.

Il a saisi l’opportunité pour remercier le chef de l’Etat pour sa désignation à la tête de ce ministère, avant d’inviter les agents et cadres de son ministère à travailler d’arrache pieds pour le bien être du pays.

L’ancien ministre des Petites et Moyennes Entreprise (PME) Pancrace Boongo Nkoy, représentant le ministre du Commerce Extérieur sortant, Mme Néfertiti Ngudianza Bayokisa, a fait savoir que l’expansion du commerce congolais est une des solutions à la problématique de développement socio-économique du pays.

La pleine participation des parties prenantes à l’expansion du commerce sous toutes ses formes est attendue pour que le commerce dans toute sa diversité, joue un rôle central pour le développement du pays.

Il a fait remarquer que le commerce, à travers le flux des échanges des biens et services, est appelé à jouer un rôle moteur dans la croissance économique en s’appuyant sur une administration dont l’expertise de deux établissements publics, à savoir l’Office Congolais de Contrôle (OCC) et la Foire internationale de Kinshasa (FIKIN), est entièrement à la disposition du ministère, a-t-il dit.

M.Boongo a également affirmé que d’autres structures œuvrant dans le secteur du commerce (Société d’exploitation du Guichet Unique du Commerce Extérieur « SEGUCE », cadre Intégré Renforcé « CIR », projet de facilitation du commerce de la région des Grands Lacs « PFCGL » accompagneront ledit ministère dans la mise en œuvre des programmes et stratégies pour booster le secteur du commerce.

Le ministre Bulambo pour le développement des secteurs de la pêche et de l’élevage

Jean Marie Bulambo, ministre de la pêche et élevage, a quant à lui demandé jeudi à l’ensemble du personnel de son ministère d’avoir une vision centrée sur le développement des secteurs de la pêche et de l’élevage afin de lui imprimer un nouvel élan dans un laps de temps, lors de sa prise des fonction à la tête de ce ministère.

« Il faut que le poisson de l’Est du pays atterrissent dans l’assiette de la population de Kinshasa et des autres provinces, a-t-il déclaré, indiquant que la RDC, à cause des importations massives en denrées alimentaires, ne peut continuer à participer à la croissance «économique des pays voisins ».

Pour le ministre Bulambo, c’est l’occasion de promouvoir la production locale et d’organiser ces deux secteurs pour qu’ils soient compétitifs en vue de permettre une participation active de la RDC aux marchés régionaux. Il s’est assigné comme mission principale, d’organiser les producteurs pour qu’ils aient un accès aux moyens financiers et de bénéficier de la technicité des cadres des services du ministère de la pêche et de l’élevage.

Le gouvernement d’union nationale, a-t-il souligné, a placé le social de la population parmi ses priorités, précisant que l’objectif à atteindre demeure : la sécurité alimentaire des populations congolaises.

Le secteur de la production végétale

Auparavant, le ministre entrant de l’Agriculture, Patrick Mayombe Mumbioko, s’est inscrit dans la continuité de l’action amorcée par son prédécesseur, Emile Mota, dans le secteur de l’agriculture.

Il a fait savoir que le secteur de l’agriculture s’articule autour des programmes de l’amélioration de la production végétale, de l’appui à l’agriculture familiale, de la relance de la recherche agronomique, de la poursuite du programme d’implantation des parcs agro-industriels dans d’autres provinces et de la réhabilitation des routes de desserte agricole.

Plusieurs lois sont attendues dans ce secteur, notamment la loi semencière, la loi portant protection végétale ainsi que les mesures d’application de la loi portant principes fondamentaux de l’agriculture.

La cérémonie de passation des pouvoirs entre les deux ministres s’est déroulée en présence du Vice-ministre à l’Agriculture, Noêl Botakile.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top