Liens commerciaux
           

0

*C’est une réflexion mûrie qu’est celle menée, depuis de longues années, par Gaston Dyndo Zabondo sur des questions sociales des congolais. Il en fait, ici, une offre gratuite à Samy Badibanga, le tout nouveau Premier Ministre dont le Gouvernement d’Union Nationale est, fiévreusement, attendu au courant de cette semaine. Dyndo Gaston, le Prof, y dresse, à sa manière, un tableau sombre de la crise multisectorielle qui prend en tenaille, la vie nationale, avant d’avancer des pistes de sortie susceptibles d’être exploitées, à toutes fins utiles, pour rencontrer la plupart des préoccupations majeures des congolais. S’il était à la place du Premier Ministre, Samy Badibanga, que ferait-il ? Dyndo qui constate, en effet, un véritable recul des paramètres de base, estime que les efforts à consentir exigent, à la fois, des moyens et la volonté politique. Le mieux à faire, dit-il, c’est de faire le choix des investissements colossaux, avec l’aide des partenaires dont il vante les mérites. A Samy Badibanga, destinataire attitré de ces projets, de s’y abreuver, à coup sûr. Dans sa foi, Dyndo Gaston qui croit mieux faire, en citant même les noms de ses partenaires, demeure convaincu que si le gouvernement d’union nationale s’y applique, il y a lieu que des millions des congolais retrouvent, à brève échéance, le sourire. Lisez, ci-dessous, les grandes lignes de ces pistes de solutions.

Afin de soulager la misère et de prévenir la crise sociale, le Professeur
Gaston Dyndo propose au Premier ministre Samy Badibanga des projets
pour l'amélioration rapide des conditions de vie des congolais
CONSTAT
La crise congolaise, constate Gaston Dyndo, est multi-sectorielle (politique, économique et sociale). Son aspect politique, le plus apparent et le plus menaçant, attire l'attention tant des congolais que des acteurs de la Communauté Internationale. La tenue du dialogue
national qui accouché d’un Accord de la cité de l'UA lequel fixe la date des élections présidentielle, législatives et provinciales ; les négociations entre la MP et le Rassemblement sous la médiation de la CENCO; les différentes interventions des diplomates des pays amis et
des organisations internationales auprès des acteurs politiques congolais ; tout cela montre la préoccupation des uns et des autres à résoudre la crise politique et à éviter l'escalade de violence. Ce qui est très bien. Et, les congolais doivent s'en féliciter.

Xby AdChoices

Crise socio-économique
Cependant, on ne devrait pas oublier l'aspect socio- économique de la
crise dont les effets, affirme Gaston Dyndo, entraînent des conséquences directes et graves sur la sphère politique. On peut éviter la crise politique, pense- t-il, mais être rattrapé par la
crise sociale aux conséquences incalculables. Et, tous les efforts consentis pour résoudre la crise politique risquent d'être vain en face de la révolte d'une population affamée : "ventre affamé, dit-on, n'a point d'oreilles. C'est ainsi que Gaston Dyndo a entrepris, depuis le
dialogue national, la lutte pour la recherche des solutions à la dimension socio-économique de la crise. Il propose au nouveau Premier Ministre certains projets à court et à moyen terme qu'il avait introduit avec ses partenaires américains auprès de certains Ministres du Gouvernement sortant, avec des fonds colossaux d'investissement.
Selon lui, ces projets n'ont pas abouti suite aux retards dans le traitement des dossiers ou de la négligence désarçonnante de la part de ces Ministres.
Projets, financement et durée de réalisation
Etant donné que la période intérimaire ne va durer que 16 mois et que le Gouvernement d'union nationale a le devoir d'organiser les élections dans un contexte de climat sociale apaisé, les projets que nous avons sélectionnés sont des projets dont le réalisation devrait
commencer dans le trois à six premiers mois de l'année prochaine, si le Gouvernement facilitait les démarches administratives aux investisseurs et donnait rapidement des garanties de remboursement aux bailleurs des fonds. Ces projets sont les suivants:
I. La construction à travers le pays de 30.000 logements, des centres
administratifs, des centres commerciaux, des centres hospitaliers, des
écoles, des universités, etc.

Xby AdChoices

Il s'agit d'un investissement de 2 milliards de dollars US trouvés par la société américaine CLA, Inc. basée en Californie aux USA. Cette société est chargée de placer les investissements américains à travers le monde et, particulièrement, en Afrique. Elle s'est intéressée à la RDC à cause de son potentiel naturel. L'année dernière, son Directeur exécutif a adressé des
courriers des offres d'investissement au Ministre des Finances et à celui d'Aménagement de territoire, Urbanisme et Habitat. Ce dernier a proposé même dans une des ses correspondances, la création d'une banque de l'habitat afin de donner des maisons à crédit aux fonctionnaires et à la classe moyenne, ainsi que la construction des maisons à crédit pour
les fonctionnaires de l'Etat et des enseignants ayant bénéficié des terrains. La partie américaine avait la proposition du Ministre Egwake, moyennant propositions par le Gouvernement congolais des modalités de remboursement du crédit. Jusqu'à ce jour, il n'y a pas eu des propositions de la partie congolaise.
Après avoir appris le changement du gouvernement en RDC, la société CLA,Inc. a demandé à Gaston Dyndo de relancer le contact et a adressé un courrier au Premier Ministre Samy Badibanga que Gaston Dyndo affirme lui avoir remis entre ses mains propres. Ces projets de
construction de logement et de création de la Banque de l'habitat peut créer rapidement plus de 10.000 emplois directs avec un salaire décent et acquisition des nouvelles connaissance et technologie, ainsi que 15.000 emplois de sous-traitance. Il y aura des chantiers dans
toutes les provinces à partir du premier semestre 2017, sous la direction de la firme américaine de construction AGRATECH.
II. Le deuxième projet est celui de la relance rapide du pays de l'industrie dans notre pays. Ce projet comprend :
1.Agro-industrie:
-production et de transformation des produits agricoles, particulièrement l'huile de palme et le caoutchouc, actuellement très prisés dans le marché international et dont notre pays a une énorme potentialité de production ( notre a été le premier producteur mondial
d'huile de palme jusqu'aux années soixante-dix).
-production des jus des fruits pour la consommation locale et le
marché africain, ainsi production de compote des fruits et des
confitures pour l'exportation aux pays occidentaux où la population
raffole les fruits exotiques.
-production et transformation des plantes médicinales actuellement
très utilisées dans la pharmacopée (homéopathie) occidentale.
Des investissements allant jusqu'à 1 milliard $ sont en attente
particulièrement, pour la relance l'industrie de l'huile de palme.
D'autres investissements sont disponibles pour le secteur du
caoutchouc et pour d'autres secteurs cités, ci-haut. L'Agro-industrie
pourra créer rapidement, dans les six premiers mois de l'année 2017
plus de 20.000 emplois dans les milieux ruraux et permettra ainsi de
stopper l'exode rurale. Mais aussi, le développement de ces milieux.
2. Industrie du bois : coupe, scierie et reboisement
3. Industrie de montage et fabrication des tracteurs, des machines et
des autres outils agricoles, fabrication des pièces de rechange d'automobiles.
4. Industrie de fabrication et/ ou montage des appareils électroménagers.
5. Industrie pharmaceutique.
6. Industrie d'extraction et de transformation des produits miniers (cuivre, cobalt, coltan, manganèse, zinc, diamant, or, platine, fer. etc.

Xby AdChoices

Pour d'industrie minière, certains potentiels investisseurs américains et canadiens sont déjà venus en RDC. Certains collaborent même déjà avec les producteurs privés des minerais, mais leurs demandes en produits transformés sont tellement immenses qu'ils tiennent à un partenariat avec l'Etat congolais.
7. Industrie de la cimenterie et de la briqueterie à travers plusieurs
provinces pour répondre aux besoins énormes de construction des
logements.
III. Il y a le problème de l'ENERGIE qui empêche la production et la
transformation des grandes quantités des matières premières

Les investisseurs proposent de développer l'énergie des panneaux solaires et la construction des petits barrages flottants sur des rivières proches des sites miniers. Par ailleurs, il y a aussi des projets d'électrification des milieux ruraux afin de combattre la criminalité
dans ces milieux et de permettre leur développement. Certains de ces projets vont être exécutés dans les jours à venir comme projets pilotes. Un financement de 20 millions $ vient d'être débloquer pour l'électrification en panneaux solaires de certains contrés dans les
provinces du Nord-Katanga, du Nord-Kivu et de Mongala. Pas plus tard que jeudi dernier, nous avons introduit pour le compte de nos partenaires une lettre d'intention auprès du Ministre sortant de l'Energie, Me Matadi Nenga, afin de solliciter l'autorisation d'entamer l'exécution de ce projet pilote qui comprend aussi, en plus, la construction des minis installations de purification d'eaux pour fournir à la population de l'eau potable.
IV. Construction (installation) des raffineries préfabriquées de
pétrole et production des produits dérivés (lubrifiant, mazout, etc).
V. Enfin, les constructions des routes, des ponts, des ports et des
aéroports sont aussi proposées. Comment rembourser ces investissements?
Pour récupérer de l'argent qu'ils investissent dans notre pays, les américains proposent plusieurs procédés à négocier avec le gouvernement congolais dont le plus intéressant, selon professeur Dyndo, semble être l'exploitation et la commercialisation en partenariat avec l'Etat congolais des minerais et d'autres matières premières (huile de palme, bois caoutchouc, etc), partage équitable de bénéfice et remboursement des crédits d'investissement à pâtir des
profits réalisés par la partie congolaise.
Ainsi, conclut Gaston Dyndo, le Gouvernement intérimaire saura prévenir la crise sociale, en créant rapidement des dizaines de milliers d'emplois à travers toute la RDC et en lançant le processus du développement équitable et global de notre pays. Il souhaiterait vivement faire partie de ce gouvernement afin d'assurer la réalisation de certains des projets précités, selon le secteur dont il sera en charge. Quant à la question de savoir les secteurs qui l'intéressent
en priorité, Gaston Dyndo ne cache pas sa préférence pour les secteurs de l'industrie, de l'aménagement de territoire, de l’Urbanisme et Habitat ainsi que pour celui de l'Energie. "C'est là où il y a du vrai boulot pour répondre le plus rapidement possible aux attentes urgentes de notre population", Conclut-il.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top