Liens commerciaux

0


Se confiant à la presse belge, Raphaël Kabete Katoto, demi frère de Moïse Katumbi a dénoncé vendredi soir à Bruxelles l’absence d’une volonté politique de la part du camp du président Joseph Kabila de trouver un accord lors des négociations de la dernière chance en cours à Kinshasa, à deux jours de la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel de l’actuel chef de l’Etat.
<<Il n’y a pas de volonté du côté du pouvoir d’aller aux vraies négociations », a-t-il affirmé lors d’une rencontre avec la presse dans un grand hôtel bruxellois.

Des négociations de la dernière chance rassemblant les signataires et non-signataires de l’accord politique du 18 octobre dernier se sont ouvertes le 8 décembre sous l’égide de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Elles étaient censées s’achever le vendredi 16 décembre avant d’être repoussées à samedi 17 décembre avec comme objectif de trouver un compromis sur la mise en place d’une période de transition politique devant mener à la tenue des élections présidentielle et législatives qui devaient au départ se tenir en novembre.

Cet opposant est le frère de l’ancien gouverneur de la province du Katanga (sud-est), Moïse Katumbi Chapwe. Il est également l’un des huit membres du « comité des sages » du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, dirigé par l’opposant historique Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

L’espoir d’un accord s’amoindrit, les négociations reprennent mercredi 21 décembre.

Le temps est compté car les évêques doivent partir samedi soir pour une visite au pape François prévue de longue date.

Pendant ce temps, le Rassemblement et le front pour le respect de la constitution ont dans une déclaration faite ce samedi 17 décembre à Kinshasa au centre interdiocésain, réaffirmé leur soutien aux bons offices de la CENCO et ont appelé le peuple congolais à la vigilance pour la défense de la cause commune.

Joseph kazadi

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top