Liens commerciaux

0


Le vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu, vient de tenir sa promesse en désamorçant la grève qui a paralysé ce ministère pendant 9 mois d’arrêt depuis le 24 octobre 2016.

Les grévistes ont décidé de reprendre le travail mardi suite l’appel lancé lundi par le chef de la diplomatie congolaise aux agents, fonctionnaires et cadres réunis en assemblée générale au siège du ministère.

Léonard She Okitundu les a invités à la raison afin de trouver un compromis pour qu’ils se mettent vite au travail, indiquant que les grands défis à relever attendent la nation. Il a appelé à la reprise immédiate du travail parce que le ministère ne peut pas fonctionner sans administration, les assurant d’avoir reçu des orientations précises du Chef de l’Eta pour une solution rapide à toutes les revendications.

Selon le vice-Premier ministre, une commission sera incessamment mise sur pied pour examiner ces revendications. «Nous devons d’abord comprendre le conflit dans ses tenants et aboutissants, et ensuite nous mettre à trouver des solutions responsables acceptables à la fois par les agents, fonctionnaires et cadres du ministère et par les autorités parce que nous ne devons pas ignorer les contraintes actuelles dans notre pays», a souligné le vice-Premier ministre qui soutient, en outre, que le dialogue social est «quelque chose déterminante pour résoudre les différends».

Pour sa part, M. Louis Kinyamba, président de la délégation syndicale à demandé au vice-Premier ministre d’être sensible aux revendications légitimes des agents afin de trouver, dans les meilleurs délais, des solutions idoines. Il a indiqué que les grévistes attendent son engagement ferme, faisant savoir que plus de deux cents agents sont déjà morts dans dix ans à cause de la précarité de leurs conditions sociales.

Parmi les revendications des grévistes figurent les indemnités permanentes, la mise en place au sein de l’administration centrale pour y mettre de l’ordre, la rotation dans les postes diplomatiques, la promotion des agents, l’examen de dossiers des diplomates et l’élévation à la dignité d’ambassadeur. Les grévistes ont donné un délai de trente jours aux autorités pour trouver une solution à leurs revendications.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top