Liens commerciaux

0

L’opposition politique signataire de l’Accord de la Cité de l’Union africaine monte au créneau. Depuis la signature, le 31 décembre dernier, du compromis politique du Centre Interdiocésain, chaque jour qui passe amène son lot de réactions. La dernière en date est celle de l’autorité morale de l’Alliance pour la République et la Conscience nationale (ARCN), Justin Bitakwira, au cours d’une CONFERENCE de presse qu’il a organisée hier mercredi 4 janvier à Kinshasa. L’élu d’Uvira n’y va pas par quatre chemins pour affirmer qu’" attribuer la Primature au Rassemblement, c’est une injustice " que lui et d’autres forces signataires de l’Accord du 18 octobre vont combattre.

L’autorité morale de l’ARCN estime que l’accord politique de la Saint Sylvestre, signé ENTRE le pouvoir et l’opposition ? sous la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo comporte " beaucoup de faiblesses ".
" Cet accord, au lieu de décrisper la situation, semble faire voir qu’il y a un camp qui a gagné contre les autres ", a-t-il fait savoir, reconnaissant tout de même que l’Accord du Centre interdiocésain a "renouvelé à 80 % " celui de la Cité de l’Union africaine.
Bitakwira déplore le fait que le Rassemblement puisse obtenir non seulement la direction du Comité de suivi de l’accord mais aussi la Primature.
" Nous disons que nous allons nous opposer à cette injustice ", a déclaré l’élu d’Uvira dans le Sud-Kivu.
Pour Justin Bitakwira, le compromis du 31 décembre est un " additif " de l’accord du 18 octobre dont il est l’un des signataires.
Il annonce la création prochaine d’un regroupement politique réunissant les partis politiques de l’opposition ayant pris part au Dialogue de la Cité de l’Union africaine "qui devient une force politique incontournable qui ne sent pas concernée par cet accord du Centre interdiocésain tant qu’il ne sera pas équilibré et inclusif ". " Nous nous battrons pour faire entendre notre voix ", a insisté Bitakwira. Taclant la médiation, il dit : "la Cenco ne doit pas se comporter comme une institution ayant gagné les élections et nomme qui elle veut à la place qu’elle veut. "
Justin Bitakwira dit trouver " utopique l’organisation des élections à fin décembre 2017", car, explique-t-il, "jusqu’aujourd’hui, le pays n’a pas de budget jusqu’en avril 2017. On va financer les élections avec quoi ", se demande-t-il.
Pour rappel, l’autorité morale de l’ARCN figure parmi les politiques qui criaient comme Jean-Baptiste dans le désert, que la seule voie de sortie de crise en RDC était le dialogue. Avec recul, les événements lui ont donné raison.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top