Liens commerciaux
           

0
L’annonce de la clause du rachat de l’américain TFM par le géant chinois Molybdenum, change la donne et laisse éclater la vérité à la lumière du jour. L’ex-gouverneur de l’ancienne province du Katanga, Moise Katumbi Chapwe, qui a annoncé, il y a quelques jours depuis son exil volontaire à Bruxelles en Belgique, dans les colonnes de Jeune Afrique Magazine, une réduction sensible du budget de TP Mazembe de Lubumbashi champion en titre de la Coupe de la Confédération africaine (CAF), qui passerait de 12 millions de dollars à moins de 8 millions pour la saison sportive 2016-2017, avec une possibilité d’une seconde réduction au cours de cette même année sportive, n’est que le début d’une série de malaises qui viennent s’ajouter à ses problèmes judiciaires.

La raison de cette cure d’austérité brusque se justifie par le fait que la Société minière américaine Tenke Fungurume Mining (TFM), versait plusieurs millions de dollars dans un compte qui étaient destinés à la promotion et au développement du sport en général dans l’ex-Katanga, ne faisait que les affaires du seul club de Mazembe, alors que Moise Katumbi, son Président était Gouverneur de la province du Katanga, relève une source, qui a gardé l’anonymat. S’appuyer sur le fait que la direction de TP Mazembe a pris cette décision afin de limiter la dépense dans le recrutement des joueurs étrangers pour davantage promouvoir les jeunes de deux académies du club créées, c’est un arbre qui chercherait à cacher la forêt du déséquilibre financier qui se sente déjà dans plusieurs affaires de Katumbi depuis sa sortie du Gouvernorat du grand Katanga où il régnait sans partage en maitre, estime une autre source proche du dossier. Et d’ajouter : « Moise Katumbi aime bien la gloire et cette vie, il l’a bien trouvée dans le football avec le TP Mazembe. La vraie cause de cette douloureuse décision qu’il a prise, se résume en un mot, ses amis de TFM sont partis et les Chinois qui arrivent dans cette entreprise sponsor, aurait une autre vision de choses ».

Quelques huit mois de négociations ont suffi pour que les violons s’accordent autour de la revente des actions majoritaires du géant américain, Freeport MC Moran Inc, de la plus grande réserve de cuivre de Tenke-Fungurume, dans l’ex-province du Katanga. Si le champ est, désormais, libre et sans objection après la conclusion de la revente avec la partie chinoise, l’opinion se souviendra de la campagne de diabolisation menée par Moise Katumbi auprès de lobbies euro-américains contre la république, incitant ces derniers à ne plus reconnaitre à la République Démocratique du Congo, le droit d’octroyer le permis d’exploitation minière à un investisseur de son choix. Cette attitude d’hier de combattre le géant chinois dans le rachat des actions dans TFM, est la preuve qui se dessine aujourd’hui avec cette cure d’austérité budgétaire au sein du TP Mazembe de Lubumbashi, due à l’incertitude qui pourrait entourer ce contrat léonin qui lie l’entreprise au club lushois depuis plusieurs années.

Tout bouge au rythme des dépenses qu’il engage en politique qui ne lui apportent rien au retour, si ce n’est la promesse d’une candidature à la présidence de la république par ceux-là qui le sucent financièrement. Les Américains partent, les Chinois arrivent dans Tenke Fungurume Mining, et le budget de Mazembe qui a, comme sponsor principal, ce géant minier est en chute libre. Moise Katumbi, qui a combattu la présence chinoise dans le secteur minier au Katanga, sait qu’il vient de perdre cette entreprise qui le couvrait dans ses blanchiments d’argent et son enrichissement illicite au détriment de la communauté.



Somol BUKI
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top