Liens commerciaux

0


Alors qu'il a demandé au G7 de ne pas faire de "son cas un blocage" pour les accords de la CENCO, Moïse Katumbi, qui vient de confirmer sa candidature à la Présidentielle de 2017, n'a pu obtenir l'arrêt des poursuites contre lui.


Candidat à la Présidentielle de 2017, Moïse Katumbi n’est toujours pas éligible!

Dans une déclaration postée mardi 3 janvier sur son compte Twitter, Moïse Katumbi affirme qu’il sera bel et bien candidat à l’élection présidentielle qui doit être organisée au plus tard la fin du mois de décembre 2017, conformément à l’accord politique signé le 31 décembre à Kinshasa sous l’égide des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

Pour autant, l’ancien gouverneur du Katanga, qui vit en exile depuis mars 2016 est toujours ccondamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation d’immeuble et inculpé d’atteintes à la sûreté de l’État. Après avoir longtemps constitué un point de blocage du dialogue entre son camp, le Rassemblement, et celui de Joseph Kabila, son retour au pays et l’arrêt des poursuites ne font pas partie de l’accord signé le 31 décembre dernier.



Ce dernier prévoit notamment que l’actuel chef de l’État, dont le second mandat expirait le 19 décembre dernier, reste à la tête du pays jusqu’à ce que son successeur soit élu. En contrepartie, Joseph Kabila s’engage à ne pas briguer de troisième mandat ni à modifier la Constitution, y compris par la voie du référendum. Le texte de l’accord prévoit également la mise en place d’un gouvernement d’union nationale et d’un comité national de suivi de l’accord, chargé de surveiller sa bonne application.

Moïse Katumbi, qui est de ce fait toujours inéligible, puusque condamné, pour la Présidentielle 2017, s’en remet aux évêques catholiques qui doivent poursuivre les négociations sur son cas.

politico.cd
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top