Liens commerciaux
           

0

Il avait promis de peser de tout son poids pour ramener l’ordre dans les milieux universitaires et il est à pied d’œuvre. Il, c’est le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi Mabuluki qui a réuni hier, jeudi 26 janvier 2017, non seulement les différents comités de gestion des Universités et des Instituts Supérieurs, mais aussi les coordinations des étudiants pour un rappel à l’ordre. Avec un ton de colère, le Ministre a souligné que les milieux universitaires sont apolitiques. En s’exprimant de la sorte, le Patron de l’ESU faisait allusion à la déclaration politique d’un groupe d’étudiants reprise par les médias. Pour Steve Mbikayi, il n’est pas interdit de faire la politique, mais cela doit se faire en dehors des milieux universitaires et les chefs des établissements sont priés de veiller à cette disposition à laquelle le Chef de l’Etat, Joseph Kabila tient mordicus. «Si les étudiants ont besoin de faire la politique, ils peuvent le faire dans des partis politiques et non au sein de l’Université qui est un haut lieu du savoir», a-t-il insisté. Profitant de cette occasion, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, après avoir constaté que les coordinations des différentes Universités et Instituts supérieurs sont hors mandat, a insisté sur le fait que les comités de gestion mettent tout en œuvre pour organiser les élections au mois de Février en vue de permettre aux autorités de dialoguer avec des étudiants qui sont effectivement mandatés par leur base. «On ne peut pas défendre les étudiants si on n’est plus étudiant», a-t-il tapé du poing sur la table. La déclaration d’un groupe d’étudiants sur des questions politiques n’a pas laissé indifférent le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi qui, après avoir suivi ce message dans les médias, a convoqué non seulement les comités de gestion des Universités et Instituts Supérieurs, mais aussi les coordinations des étudiants pout taper du poing sur la table. Sans détour, le Ministre a rappelé aux uns et aux autres que l’Université est un milieu apolitique et que les étudiants, encore en formation, devraient plutôt s’occuper de leurs études et laisser les politiques faire leur travail. Pour Steve Mbikayi, ceux qui veulent faire la politique n’ont qu’à aller adhérer dans les partis politiques et faire la politique à partir de là, pas dans les milieux universitaires. Les Chefs d’Etablissements ont donc reçu mandat de veiller à ce que les étudiants ne fassent plus des déclarations politiques dans des milieux universitaires. Devant la presse, le Patron de l’Enseignement Supérieur et Universitaire s’est exprimé en ces termes : «Nous avons voulu cette réunion parce que nous plaçons notre mandat sous le signe de dialogue permanent entre nous et les établissements et puis les étudiants. Aujourd’hui, il était question de transmettre les messages du Chef de l’Etat qui a tenu qu’il puisse avoir la paix pendant cette période pré-électorale. Nous nous sommes rendu comptes qu’il n’y a pas d’ordre au niveau des étudiants parce que nous recevons des communiqués des structures qui ne sont pas reconnus et qui prétendent parler au nom de tous les étudiants. Nous avons appelé cette communauté pour donner des directives quant à ce». Insistant sur la politique préventive au sein des Universités et Instituts Supérieurs, le Ministre Steve Mbikayi Mabuluki refuse toute forme d’agitation. «Nous ne voulons pas qu’il puisse avoir des agitations politiques dans les établissements parce que les milieux universitaires sont apolitiques. Nous refusons qu’il ait des politiciens ou des partis politiques qui vont faire la concurrence aux universités et instituts supérieurs. Nous avons demandé au chef d’établissements d’être prévoyants. Chaque fois qu’il y a un problème, ils doivent nous contacter pour qu’ensemble, étudiants, professeurs, dirigeants des Universités, qu’on puisse anticiper et éviter des troubles sociaux. Nous avons aussi félicité les étudiants qui ont été très disciplinés pendant les moments perturbés de décembre passé, ils ont fait montre de beaucoup des disciplines, nous les avons félicités», a-t-il déclaré. Vivement les élections Faisant d’une pierre deux coups, le Ministre, après avoir constaté que la plupart des coordonnateurs sont hors mandat, a demandé aux comités de gestion des Universités et Instituts supérieurs de prendre toutes les dispositions pour que les élections soient organisées au mois de février prochain. «On ne peut pas défendre les étudiants dès lors qu’on n’est plus étudiants», a-t-il dit. En ce qui concerne les différentes coordinations, le Ministre a appelé les chefs d’Etablissements à tenir compte des critères de la méritocratie. C’est-à-dire, il faudra sélectionner des meilleurs étudiants. «Nous avons aussi demandé, comme les mandats des coordinations ont pris fin, qu’il puisse avoir absolument élection, c’est ça même le massage principale. Les élections doivent avoir lieu dans tous les établissements pour les étudiants aient des représentants légitimes qui peuvent les engager et puis défendre leurs intérêts. Nous avons donné des ordres et directives qui seront d’application et qui ne doivent souffrir d’aucune contestation », a-t-il poursuivi. Le Chef a décidé, nous allons appliquer Parlant au nom de toute l’équipe, le Recteur Ngoma de l’Université de Kinshasa et Président de la Conférence provinciale des Chefs d’Etablissements de la ville-province de Kinshasa pense qu’on ne peut pas revenir sur ce qu’a dit le Ministre parce que, soutient-il, quand le Chef parle, la seule chose à faire c’est d’exécuter. «Son Excellence a parlé de la permanence du dialogue entre les établissements et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Il a garanti la disponibilité du Ministre qu’il est et de son Vice-ministre d’être en permanence en dialogue avec les étudiants. Son Excellence a félicité l’attitude adopté par tous les étudiants, les chefs d’établissements et des Universités les 19 et 20 décembre. Il a estimé que cette attitude a été saluée même au niveau du Chef de l’Etat. Le Ministre a insisté sur le pourquoi de cette rencontre, c’est l’apolitisme. Le Ministre a voulu faire comprendre que tous les étudiants des Universités et des Instituts Supérieurs de la RDC sont apolitiques », a-t-il noté. Et de poursuivre qu’ils ne sont pas autorisés à faire la politique sur les sites universitaires. Compte tenu de ce désordre, son excellence dit que personne, alors personne, ne peut parler lorsqu’il n’est pas dans une structure légalement reconnue. La structure qui est reconnue, c’est au niveau de chaque établissement et donc son Excellence a décidé que les élections de la coordination estudiantine doivent avoir lieu, et cela obligatoirement au mois de février.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top