Liens commerciaux
           

0
- Le ministre d’Etat en charge du Travail, Emploi et Prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas, accompagné de son vice ministre Arthur Sedea, a insisté sur la crédibilité de l’Inspecteur du travail dont le comportement et la prestation doivent le placer au dessus de tout soupçon.

Le ministre qui est intervenu vendredi au bâtiment du gouvernement, dans le cadre de la campagne qu’il a lancée sur la sensibilisation à l’éthique professionnelle en faveur du corps de l’Inspection générale du Travail, a rappelé que l’Inspecteur du travail est tenu à une obligation de confidentialité, en ce qui concerne la source de toute plainte et tout secret professionnel lui exposé lors d’une visite.

Pour lui, l’inspecteur est un des éléments les plus stratégiques dans la lutte contre les enfreintes des lois et règles parce qu’en sa qualité d’OPJ à compétence restreinte, il peut notamment pénétrer librement dans tout lieu de travail assujetti au contrôle de l’Inspection et faire exécuter les dispositions applicables en cas de violation des lois.




Il a exhorté l’inspecteur à contribuer au respect de la justice sociale et à s’inscrire pour la matérialisation du Programme d’action du gouvernement sur la question relative à la lutte contre la corruption et autres formes d’antivaleurs qui bloquent l’élan vers la réussite.






L’Inspecteur général du travail, Manwana Lufwa qui a dépeint un tableau sombre de sa structure, a donné des pistes de solutions pour son redécollage. Il a plaidé pour l’amélioration des conditions sociales et de travail des agents, la dotation des primes conséquentes de responsabilité et de mobilité, l’équipement des bureaux et le recrutement. Le coordonnateur adjoint du Bureau national de l’éthique professionnelle (BUNEP), M. Yoka a salué et soutenu la démarche du ministre.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top