Liens commerciaux

0

Le Président National du Mouvement de Solidarité pour le Changement (MSC) a ouvert les portes de l’Université du Changement de son parti sur le thème : «Alternance et Gouvernance». La cérémonie d’ouverture a eu lieu le samedi 21 janvier 2017, dans le somptueux cadre de l’Hôtel Gracius dans la commune de Kalamu. Près d'un millier de Cadres fédéraux, nouveaux adhérents, Chefs de Cellules, animateurs et militants du MSC participent à ce forum organisé par le Parti, sous le haut Patronage de leur leader, l’Honorable Laurent Batumona, Président National. Le moment était bien indiqué, pour lui, de restituer les discussions directes du Dialogue politique inclusif du Centre interdiocésain de Kinshasa. A cet effet, il a fustigé le comportement de la nouvelle majorité présidentielle qui se livre à des manœuvres dilatoires pour retarder l’application de l’Accord du 31 décembre 2017. Il a rassuré ses membres que le MSC a signé cet Accord, librement et sans réserve. Il a, en outre, éclairé les membres sur d’autres questions notamment, sur l’arrangement particulier. Il a lancé un appel pressant au Président du Rassemblement, Etienne Tshisekedi, de faire diligence sur la désignation de 14 membres du Rassemblement qui feront partie du Conseil national de suivi de l’Accord.
Dans son allocution de bienvenue à l’Université du changement du MSC, Laurent Batumona a tenu à remercier de nombreux dirigeants, animateurs et militants du MSC qui ont pu faire le déplacement de Kalamu. Saluant leur patriotisme, il a exprimé sa profonde sympathie envers ces délégations, venues des quatre coins de Kinshasa. La mobilisation était à la taille de l’événement. Une mobilisation signée le Secrétaire Général adjoint du parti, M. Jules Mukumbi.
Trois temps forts ont ponctué cette cérémonie qui a étalé la force du parti cher à Diatabawu, aussi bien dans l’opinion publique qu’auprès de ses militants. D’abord, la présentation de nouveaux adhérents. Ensuite, l’allocution du président et, enfin, la remise des symboles du parti ainsi que les recommandations aux participants à l’Université du Changement car, ils ont deux jours qui vont leur permettre de jeter les bases d'une réflexion approfondie afin de fournir des réponses aux problèmes économiques et sociaux qui minent la RDC.

Parlant de l’université du changement, il a fait savoir que c’est un nouvel organe qui est créé au sein du parti, une organisation pour le renforcement des capacités des cadres du parti, surtout en prévision de prochaines élections.
Plusieurs modules de formation sont prévus notamment, sur la formation idéologique, la formation électorale ainsi la formation technique.
C’est à ce propos que le Président National du MSC a nettement cadré l'enjeu de ces assises dont le maître-mot est la réflexion. «Nous sommes là pour réfléchir», a-t-il lancé d'emblée. «Réfléchir sur les réponses à donner aux problèmes socio économiques afin d'aider notre pays à sortir de la situation dans laquelle il se trouve». Il s’agit de relever les défis de la stabilité de la monnaie qui ne fait que chutée, de l’amélioration des services sociaux de base notamment l’eau, l’électricité, soins de santé, la scolarité et des infrastructures de base. Il a fait observer qu’à Kinshasa, il ne reste que deux artères, à savoir : les boulevards du 30 juin et Lumumba dont leurs états n’augurent pas une longue durée par rapport à ce qu’on a fait miroiter au peuple. La troisième matière à réflexion est le pouvoir d’achat de la population. L’université du Changement, pour lui, est ce haut lieu où les membres ont tout intérêt à maitriser l’idéologie du MSC ainsi que son projet de société. Il a recommandé aux militants du Parti d’être attentifs pour une assimilation des thèmes que les intervenants vont exposer.
Elections sous orbite du MSC
Le leader du MSC, en organisant cette Université, tient à placer les membres de son Parti sous l’orbite des élections. Il a saisi cette opportunité pour donner une somme d’informations aux nouveaux membres du Parti afin de leur permettre à mieux affronter la période pré-électorale qu’impose l’Accord politique de la Saint Sylvestre : «2017 étant une année électorale, restons unis afin de ratisser large. Rangeons-nous pour la bataille électorale car, le MSC aura des candidats Conseillers municipaux, maire de la ville en passant par les députés nationaux et provinciaux, nationaux et des sénateurs jusqu’au poste du candidat président de la République».
Application de l’Accord de la Saint Sylvestre
Au moment où s’achève les travaux de l’arrangement particulier de l’Accord politique et inclusif du Centre interdiocésain de Kinshasa, Laurent Batumona, du haut de la Tribune qui arboré les couleurs de son drapeau, a fustigé le comportement de la nouvelle majorité
présidentielle qui retarde l’application de l’Accord signé le 31 décembre 2016 alors qu’elle a déjà obtenu le glissement qu’elle a cherché depuis 2012. C’est pour cette raison que le MSC encourage les Evêques de la Cenco à poursuivre les travaux jusqu’au bout. Le MSC a dénoncé avec force ‘’les atermoiements et tergiversations de la nouvelle majorité présidentielle dans la répartition de responsabilité aux termes de l’arrangement particulier’’. C’est dans leur vision de retarder l’application de l’accord et le processus électoral, a-t- il prévenu avant d’appeler la population a la vigilance sur la dictature qui a changé de physionomie. ‘’Vous ne pouvez pas vous rendre compte de pillage, détournement des richesses nationales. C’est pourquoi, elle exerce une oppression aveugle sur la population dans le but de protéger cette poignée d’hommes qui veut prendre en otage les 75 millions de la population’’.
S’agissant de la désignation du Premier Ministre, il a affirmé que le Rassemblement ne présentera qu’un seul nom suivant l’esprit et la lettre de l’Accord. «Il n’est pas question de présenter 2, 3 ou 5 noms», a déclaré le Président du MSC. Il a fait savoir à ses militants que la MP ne veut nullement entendre du partage équitable des postes de responsabilités aussi bien que les postes de souveraineté et du secteur productif ou du social. «C’est ainsi que nous exhortons nos délégués à poursuivre la répartition dans les exécutifs provinciaux, des entreprises et dans la petite territoriale». Dans le cadre d’échanges de vœux, Ditabawu a souhaité une fructueuse année de bonheur et de succès à tous les militants pour 2017.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top