Liens commerciaux

0


Dans une déclaration faite ce mardi à Bruxelles et dont Politico.cd a obtenu une copie, l’ancien bras droit de la majorité présidentielle et dernier gouverneur de la province du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, a salué la bravoure de la classe politique Congolaise qui a trouvé un...

Dans une déclaration faite ce mardi à Bruxelles et dont Politico.cd a obtenu une copie, l’ancien bras droit de la majorité présidentielle et dernier gouverneur de la province du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, a salué la bravoure de la classe politique Congolaise qui a trouvé un compromis politique le 31 décembre, mettant ainsi fin à une crise politique qui s’était déclenchée dans ce pays d’Afrique Centrale.

Moïse Katumbi, candidat déclaré pour le compte de l’opposition Congolaise aux prochaines élections présidentielles prévues fin 2017 selon les termes de l’accord du centre interdiocésain a félicité la médiation entreprise par la conférence épiscopale nationale du Congo tout en soulignant la bravoure des hommes politiques Congolais de tout bord qui ont fait des concessions pour l’intérêt supérieur de la République, revenant sur sa renonciation à ne pas faire de son cas un blocage à la signature de l’accord par les plateformes politiques soutenant sa candidature aux présidentielles.

Présenté comme l’un des opposants farouches à Joseph Kabila, l’actuel président du célèbre club de football Congolais Tout Puissant Mazembe a salué dans sa déclaration, l’engagement pris par le chef de l’État Congolais Joseph Kabila à ne pas se représenter pour un troisième mandat et à ne pas modifier la constitution du pays. Moïse Katumbi estime que par cet engagement, le président Congolais mènera le pays vers un transfert pacifique du pouvoir, qui sera marqué par la première alternance démocratique dans ce plus grand pays francophone du monde.


Poursuivi pour recrutement de mercenaires, Moïse Katumbi est parti en exil depuis mi-2016. De là il a été condamné à trois ans dans une affaire de spoliation foncière. Son dossier judiciaire n’a pas été pris en compte dans le cadre des mesures de décrispation politique lors des discussions de la CENCO mais les évêques catholiques avaient promis qu’ils prendront en charge les dossiers non traités après la signature de l’accord. Tout en demandant à ses pairs de l’opposition de ne pas faire de son cas un blocage à la signature de l’accord, Moïse Katumbi avait déclaré sur les ondes de la Radio France Internationale qu’il reviendra bientôt en RDC avant de confirmer à Jeune Afrique sa candidature aux prochaines élections présidentielles.

Fiston Mahamba

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top