Liens commerciaux

0
La CENCO dit rejeter l’idée de la Majorité Présidentielle (MP) de vouloir faire échec aux dispositions de l’Accord politique trouvé le 31 décembre 2016 en cas de non respect de la constitution. Pour l’Abbé Donatien Nshole, secrétaire intérimaire de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, ce revirement du pouvoir ne se justifie pas.

«Mais ce sont eux même qui ont signé. S’ils ont signé quelque chose qui n’est pas conforme à la constitution, ce serait très grave quand même. Je crois que l’effort qui a été fait c’est qu’on reste dans le cadre constitutionnel. Évidemment, il y a des réalités qui ne sont pas prévus dans la constitution. Le fait qu’on ait pas organisé les élections à temps, le constituant ne pouvait pas prévoir ça. Donc, l’effort a été fait pour rester dans le cadre constitutionnel».

La tripartite Majorité, Opposition et CENCO attendent régler d’autres questions par des arrangements en vue de la mise en oeuvre de l’Accord, a dit l’Abbé Nshole.

Pour rappel, le secrétaire général de la Majorité présidentielle a déclaré ce 03 janvier 2017 que sa famille politique fera échec à toute disposition de l’accord qui ne se conforme pas à la Constitution. Dans une interview accordée aux médias au sortir de la réunion de la MP, Aubin Minaku est resté intransigeant sur cette question.

«Chaque disposition de l’accord devra être mise en œuvre en conformité avec toute la Constitution et les lois de la République. Si une disposition de l’accord n’est pas conforme à la constitution ou contrarie les lois de la république, nous allons agir comme de droit pour que cette disposition ne soit pas appliquée », a-t-il dit.


Patrick Maki
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top