Liens commerciaux

0

La vie de Patrice Emery Lumumba et de Laurent- Désiré Kabila s’incarne dans la libération. La commémoration de leurs assassinats intervient le 16 janvier pour le second et le 17 janvier pour le premier. Plusieurs activités ont toujours été organisées en leur mémoire aux mausolées du Palais de la Nation et de l’Echangeur de Lemba. Une histoire presque commune pour ces deux héros nationaux. Mais, il manque des personnes capables de transcrire correctement l’histoire de ces héros nationaux. Ils ont mené une lutte noble et acharnée pour la libération du peuple congolais. Lumumba, en réclamant l’indépendance du Congo tandis que Mzee Kabila pour sortir le pays de la dictature mobutienne et de l’impérialisme occidental avec ses laquais congolais. Comment pénétrer l’idéologie de cette lutte? L’Imam Cheikh Abdallah Mangala Luaba interrogé par les fins limiers du Journal La Prospérité au sortir du culte de l’Eglise du Centenaire Protestant, en mémoire de Laurent-Désiré Kabila, propose une solution. D’après lui, il faut renforcer la plume du savant congolais qui maîtrise réellement la souffrance et la vie de ces deux hommes. A l’en croire, cette plume ne doit pas être d’une main étrangère qui ne connaît aucune réalité de la vie congolaise. Découvrez la pertinence de la pensée de l’Imam Cheikh Abdallah sur le sens du mémorial de ces deux héros nationaux.

La Prospérité : Pourquoi le mémorial de Lumumba et de Kabila ?

Cheikh Abdallah : Beaucoup de Congolais ne savent pas peut être l’importance de ces deux dates historiques de notre pays. Aussi, ils ne connaissent pas le sens de ces évènements IMPORTANTS pour la vie patriotique de chaque citoyen. D’abord, il faut pénétrer profondément l’histoire de notre pays, la République Démocratique du Congo. Ensuite, il faut en tirer des leçons pour préserver la vie des Congolaises et Congolais dans l’avenir.

La Pros. : Que faire pour garder en mémoire ces deux héros?

C. A : il faut apprendre aux nouvelles générations l’amour patriotique qui doit s’enseigner depuis les maternelles et au-delà pour donner aux citoyens du pays la possibilité de saisir l’importance d’un Etat, d’un peuple et la signification de la souveraineté du pays. Au fait, la RDC regorge, selon les études des experts, les ressources sans égales de la planète. Nous disons gloire à Dieu, mais des questions se posent à chaque fois: sommes-nous capables de les garder, de les gérer et les protéger pour enfin gagner de ce don de Dieu doté au peuple congolais? Où sont la culture congolaise et la vie sociale de sa population qui souffre depuis des années ? Prenons ce que nous rapportent les historiens sur la RDC, la première et la deuxième guerre mondiale.

Le pays a été envahi par les prédateurs des richesses qui ont pillé et maltraité les citoyens jusqu’à nous abandonner. Ils nous ont soumis également aux meurtres à répétition à chaque période que les Congolais pensaient mettre de l’ordre dans leur vie politique et sociale.

La Pros. : Puisque vous parlez de l’organisation de la vie politique et sociale, quelles sont les périodes qui ont marqué ladite organisation?

C. A: Les CYCLES à retenir sont les périodes de la colonisation, la dictature et enfin la démocratie. Aujourd’hui, l’ordre mondial change vers l’économie, bien entendu, ce sont seulement les jeux des mots. Notre pays, cher compatriote, a beaucoup souffert des actes des barbaries de l’occident et de l’orient. Maintenant, les filles et les fils de ce beau et grand pays ont pris conscience de la gravité de problèmes, car, celui qui ne sait pas être utile à sa patrie n’a pas de foi.

La sortie des Congolais du pays vers l’étranger s’explique par le fait que la sensibilisation des parents sur la vie nationale à leurs enfants est quasi inexistante, et du côté des leaders politiques, n’en parlons pas. Nous lisons les réactions des uns et des autres qui ne répondent pas à l’essentiel.

La Pros. : L’histoire de Lumumba et Kabila est écrit dans plusieurs livres. Que faire pour réussir à la pénétrer?

C. A : M. le journaliste, l’histoire de notre pays sera écrite par les filles et fils du pays, avait déjà déclaré le premier héros national Patrice Lumumba. Et le deuxième héros Mzee Laurent-Désiré Kabila dira peu après, organiser vous et prenez-vous en charge. Comment peut-on implanter cette idéologie dans les mémoires des Congolais vis-à-vis de l’idéologie occidentale qui détruit notre pays et son peuple dans une guerre froide dans l’éducation à l’occident sans faire allusion à nos valeurs? D’où, le système éducationnel à l’idéologie est si IMPORTANT. La révolution peut commencer par une arme et peut s’épanouir par la plume d’un savant congolais. Quelle est la responsabilité des écrivains congolais vis-à-vis de cette idéologie ? Une révolution ne veut pas dire utiliser la force, mais, elle peut être de plusieurs dimensions. Nous devons, chacun à ce qui le concerne chercher, comment garder, protéger ce trésor à chaque niveau. On peut tuer un homme, mais on ne peut pas tuer un peuple. Chaque Congolais doit incarner l’homme qui a sacrifié sa vie pour un peuple.

Un devoir à chaque citoyen congolais de connaître l’histoire de son pays correctement pour que notre culture ne se perde. Il n’est pas tard mais la situation inquiète dans la mise en œuvre des acquis de la libération et pourtant, les choses devraient allez vite et bien pour l’avenir meilleur de notre peuple.

La Pros. : Quel est votre mot de la fin ?
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top