Liens commerciaux

0

La République Démocratique du Congo est un pays aux dimensions continentales dont le développement doit nécessairement passer par la base, c'est-à-dire, la population. C’est la raison pour laquelle les instances supérieures du pays ont, malgré la précarité et le manque d’infrastructures adéquates dans l’arrière pays, subdiviser certaines provinces en plusieurs entités administratives afin d’assurer aux provinces nouvellement créées un développement harmonieux grâce à la participation de tous à la gestion de la chose publique tout en décidant elle-même de son avenir.

De onze provinces initiales, on est passé à vingt-six dont certaines manquent encore d’infrastructures adéquates voire même des bâtiments appropriés pouvant abriter les bureaux provinciaux ainsi que la résidence des autorités provinciales.

C’est ainsi que dans certaines nouvelles provinces comme l’équateur, quelques ministres provinciaux n’ont pas hésité à démissionner suite aux mauvaises conditions de travail ainsi qu’au manque de motivation appropriée inhérente à l’exercice de leur fonction. Cependant, malgré la conjoncture économique difficile de l’heure et les nombreux défis auxquels les nouvelles provinces doivent faire face, Larousse Kabula, Gouverneur de la province du Kwango ne baisse pas les bras et exploite toutes les occasions qui s’offrent et rentabilisent en vue de créer des opportunités susceptibles de contribuer au développement socio-économique de sa province. C’est dans ce cadre qu’il venait en octobre dernier avec une équipe d’experts du budget de sa province et quelques collaborateurs notamment Monsieur Mbakata Diana Kule, Mwemba Makanda Valère et Mayamba Kiese respectivement Ministre des ITPR, Urbanisme, Habitat, Aménagement du territoire et Ministre du Budget, Plan, et Affaire Foncières, de mettre à profit les crédits d’investissement exercice 2016 accordés à sa province pour faire face à la construction des bâtiments de l’Assemblée provinciale du Kwango, de la résidence officielle du président de l’Assemblée provinciale, de la salle de spectacle de Kenge, de l’Hôtel du gouvernorat de province, de la construction des bureaux de la Direction provinciale de la DGM à Kenge, de la construction des tribunaux de paix de la province, de l’Hôpital secondaire de Mawanga, du centre de santé Mutombo dans le territoire de Popokabaka, du centre de santé de Kazwazwa à Kahemba, du stade de Kenge, des abattoirs dans le territoire de Kahemba, etc. les infrastructures routières étant une priorité pour le développement de sa Province, Larousse Kabula avait fait inscrire au budget 2016 la construction du pont Udima, la réhabilitation de la route Popokabaka-Kasongo-Lunda ainsi que la réunification de toutes les routes de la Province.

En effet, les infrastructures routières sont pour Larousse Kabula des facteurs de développement et d’intégration économique et territoriale, car, elles jouent un rôle important dans le processus de développement en établissant, d’une part, des liaisons entre les régions productrices et celles qui ne le sont pas et, d’autre part, entre le pouvoir central, les pouvoirs provinciaux et les entités décentralisées. En effet, il y a lieu d’observer quelques avantages que les routes peuvent apporter à la Communauté à savoir: le gain de temps, le gain de sécurité et de confort, la prolongation de la durée de vie de l’outil de production (véhicule), l’amélioration des conditions de vie et de santé de la population ainsi que la réduction de la pauvreté. Les infrastructures routières sont des facteurs de développement et d’intégration économique et territoriale car, elles permettent l’accroissement des échanges commerciaux entre agglomérations, villages, l’amélioration des conditions de transport, c’est-à-dire la facilitation de la circulation des biens, des personnes et services, bref, les investissements. En effet, les opérateurs économiques sont incités d’investir en implantant mes activités commerciales le long des routes etc.

Enfin, le désenclavement d’un bon nombre de territoires, de provinces et communes jadis difficiles d’accessibilité et la facilitation de circulation des administrés vers les centres urbains et vice-versa sont autant d’atouts que la route apporte à la Communauté humaine, ici, les propos de Larousse Kabula s’approchent pour tout observateur avisé à ceux de Stanley quand il confirme que sans route (rail) le Congo ne vaut pas un penny. Il y a lieu de s’accrocher avec Larousse Kabula que les infrastructures routières ont un impact considérable sur le développement de la Province du Kwango, étant donné qu’en reliant les différents centres de production et de consommation (l’offre rencontre la demande sur le marché), on aboutit à la croissance économique par l’accroissement des échanges commerciaux et les investissements qui en découlent, ce qui en définitive augmente la productivité et réduit la pauvreté.

Conscient de cette réalité en sa qualité d’ancien fonctionnaire du parlement, Larousse Kabula n’avait pas hésité de se rendre à Kinshasa pour faire réserver au Ministère du Budget non seulement l’enveloppe nécessaire à la réalisation de tous ces projets mais aussi contacter les autorités de la Direction Générale de Contrôle des Marchés Publics (DGCMP) pour l’obtention de l’avis de conformité de cette institution.

Ces dossiers après avoir obtenu l’avis de non objection de la DGCMP ont été envoyés au Budget pour liquidation et paiement par le Ministère des Finances afin de permettre aux soumissionnaires ayant été retenus de réaliser les différents projets leur attribués par la Province du Kwango.

Faisant d’une pierre deux coups, le Gouverneur Larousse Kabula a profité son dernier voyage à Kinshasa en octobre dernier pour non seulement faire avancer ce dossier dans le circuit de paiement mais a eu à rencontrer une délégation d’eau par les turbines afin de faire face à la carence en eau potable et desservir toute la population de la Ville de Kenge en eau potable.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top