Liens commerciaux

0
EN CLAIR - Dans ce dossier, POLITICO.CD fait le point sur la situation en RDC où les négociations se poursuivent toujours sous la facilitation de la CENCO à Kinshasa pour la mise en eouvre de l'accord du 31 décembre dernier.

Première partie: le blocage, expliqué par Fiston Mahamba, Rédacteur en Chef Adjoint de POLITICO.CD.

Le blocage: le groupe Badibanga et le MLC, gages d’inclusivité

Le Premier ministre Samy Badibanga, les ministres Justin Bitakwira, Azarias Ruberwa, Jean-Lucien Busa et José Makila refusent toujours de signer l’accord, malgré les intenses pressions exercées par le prélat catholique et même par l’autre camp des signataires de l’accord de la Cité de l’UA dont Vital Kamerhe, le co-modérateur de l’opposition, accompagné de plus de 40 autres personnalités ont appelé ces derniers à « privilégier l’intérêt général« .

« Peut-on faire sauter Badibanga? »: la réponse est visiblement non!

La Majorité Présidentielle qui a annoncé avoir signé l’accord « sous réserve » exige en effet « l’inclusivité », en d’autres termes, la signature des toutes les parties. Il est donc très sûr que la famille politique du Chef de l’Etat bloque l’application de l’accord jusqu’à la signature du groupe Samy Badibanga. De son côté, ce groupe semble être réticent à l’idée de quitter le gouvernement au profit du Rassemblement.

En outre, seuls le Président Kabila et l’Assemblée nationale peuvent faire tomber le Premier ministre et son gouvernement. Alors que dans le premier cas, l’hypothèse est peu probable, pour le second, le Rassemblement ne dispose pas d’une majorité au parlement pour entamer cette procédure, sans compte l’aspect politique de l’inclusivité.

De son côté, le Mouvement de Libération du Congo (MLC), qui dirige le Front pour le Respect de la Constitution, continue de participer aux travaux, tout en refusant de signer. Même si, avec la proposition du Rassemblement de céder un de postes de vice-président du Comité de suivi au parti de Jean-Pierre Bemba, il semble de plus en plus possible que ce dernier signe finalement l’accord.

La suite: l’arrangement particulier: c’est quoi et où en sont-ils? (à venir)

politico.cd
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top