Liens commerciaux
           

0

Entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement, c’est la guerre des postes au sein des structures de transition prévues dans l’Accord du 31 décembre 2016. Devant la presse, hier jeudi, André-Alain Atundu, porte-parole de la MP, a dégainé en direction du Rassemblement.


Hier jeudi au Centre interdiocésain, la journée était réservée aux négociations en aparté en vue de faire sauter le verrou qui bloque les conclusions autour de l’arrangement particulier à l’Accord du 31 décembre 2016. Mais, la Majorité présidentielle (MP) en a profité pour remettre, de l’avis de son porte-parole, André-Alain Atundu, les pendules à l’heure. En effet, le porte-parole de la MP rejette la responsabilité du blocage au Rassemblement des forces politiques et sociales acquis au changement qui, soutient-il, veut organiser « un coup d’Etat contre la Majorité ».


Devant la presse conviée jeudi au siège de la MP dans la commune de la Gombe, André-Alain Atundu a livré sa version des faits. Il a fait savoir que la MP n’est pas prête à adhérer à la vision du Rassemblement dans la répartition des postes au Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).



« L’Opposition, se présentant en ordre dispersé, exige 24 postes au Conseil national de suivi ne laissant à la MP que 4 postes. Autant dire qu’il s’agit d’un coup d’Etat contre la Majorité minorisée à dessein et par cynique calcul », a fait remarquer André-Alain Atundu.



Quant au mode de désignation du Premier ministre, la MP s’en tient toujours à ce que le Rassemblement soumette à la sanction du chef de l’Etat une liste de cinq nominés. Ce qui s’écarte, argue le Rassemblement, de l’Accord du 31 décembre qui prévoit juste que ce dernier propose un candidat à la nomination à ce poste. Ce qui n’est pas de l’avis de la MP, a insisté Atundu. En retour, la Majorité exige, contrairement à l’Accord du 31 décembre, qu’une liste de cinq nominés au poste de Premier ministre soit transmis au chef de l’Etat.



En effet, la MP craint qu’en tirant sa légitimité du Rassemblement qui l’a proposé au chef de l’Etat, le Premier ministre n’entre en conflit de compétence avec le président de la République qui s’est retrouvé devant un fait accompli en le nommant. La MP tient à ce que le chef de l’Etat garde son pouvoir discrétionnaire dans la nomination du Premier ministre. Aussi, Atundu a-t-il précisé qu’« il est hors de question qu’un Premier ministre vienne combattre le chef de l’Etat. Il doit être le premier et le principal collaborateur du chef de l’Etat. A la MP, il ne s’agit pas de faire ombrage au chef de l’Etat mais de collaborer pleinement avec lui avec pour objectif l’amélioration  des conditions sociales et l’organisation des élections », a dit Alain Atundu.



L’Opposition relativise




Dans le camp de l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre 2016, on tente de minimiser le retard pris dans les conclusions de l’arrangement particulier. Mais, certains comme Vital Kamerhe commence déjà à perdre patience. « Disons tous que nous ne sommes pas venus pour les postes, en même temps nous traînons pour les postes. Le peuple risque de nous sanctionner », a-t-il réagi dans un tweet.





Interrogé par politico.cd, Olivier Kamitatu du G7, plate-forme membre du Rassemblement, s’est voulu plutôt optimiste.





Il a dit comprendre « l’impatience » de la population. Selon lui, il s’agit avant tout de trouver « le meilleur accord » possible qui soit inclusif. « Je sais qu’il y a une très grande impatience, chaque jour qui passe on a l’impression que l’accord est en train de s’amenuiser (…), je voudrais d’abord rassurer tout le monde, nous continuons à travailler, nous devons trouver une solution pour samedi, nous nous sommes fixés de nous retrouver samedi, après une deuxième série de contacts qui auront lieu entre les différentes parties prenantes pour essayer de trouver un accord qui soit le plus inclusif, le plus équilibré et le plus et le plus consensuel », se défend-il.




Loin d’un partage des postes, Olivier Kamitatu justifie ce retard par le souci d’avoir « assez de garanties » dans la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top