Liens commerciaux

0


Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a présenté un groupe ce mercredi 18 janvier de présumés rebelles M23 capturés par l'armée dans l'Est du pays.


Une dizaine d’hommes, ainsi que « 22 armes », dont principalement des AK47 ont été présenté à la presse ce matin à Goma, dans la capitale du Nord-Kivu. Selon le gouverneur de cette province, Julien Paluku, il s’agit du démantèlement « d’un réseau » de l’ancienne rébellion du M23 par l’armée congolaise.





Le dimanche 15 janvier, le gouverneur Julien Paluku a accusé l’Ouganda de permettre selon lui au mouvement rebelle de se réorganiser sur le sol congolais. Dans un message publié à travers son compte Twitter, le Gouverneur a annoncé « une attaque généralisée » imminente de l’ancienne rébellion du M23 sur la RDC, une information confirmée par Lambert Mende, le Porte-parole du gouvernement congolais.



« À partir de l’Ouganda, les ex-M23 sont en direction de la RDC avec armes et munitions pour attaques généralisées« , annonce Julien Paluku. Selon lui, il s’agit de l’ex-Chef militaire Sultani Kakenga qui serait à la tête de ce nouveau mouvement du M3, dénonçant la « complaisance » du gouvernement ougandais.


La toute dernière rébellion tutsi soutenues par le Rwanda et l’Ouganda dans l’est de la RDC depuis la fin de la deuxième guerre du Congo (1998-2003), le M23 a été défait en novembre 2013 après 18 mois de guerre au Nord-Kivu. Le mouvement a confirmé en décembre 2013 son renoncement à la rébellion lors de la signature des déclarations de Nairobi par lesquelles le gouvernement de Kinshasa et le M23 ont formellement enterré la hache de guerre.


Le ministre ougandais des Affaires étrangères Oryem Okelo a, dans une déclaration ce lundi 16 janvier, démenti une quelconque incursion des combattants M23 dans la localité d’Ishasha au Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo.


Pour cet officiel ougandais, le gouvernement congolais veut trouver des prétextes pour détourner l’attention de l’opinion sur la crise politique actuelle en RDC. « Nous savons qu’il y’a des problèmes à Kinshasa mais ils ne doivent pas avancer l’Ouganda comme prétexte« , a-t-il déclaré.




LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top