Liens commerciaux

0
«Le scénario du match contre la Côte d'Ivoire (2-2) vous laisse-t-il des regrets ?
Le score est plutôt logique. Le déroulement du match nous laisse un peu un goût amer. On aurait pu mieux défendre vers la fin. Mais quand on regarde, ils ont eu aussi beaucoup d'opportunités sur coups de pied arrêtés. C'est un match nul qu'on prend. Ce qui me donne du baume au coeur, c'est que mes joueurs ont été abattus après un nul contre la Côte d'Ivoire. Cela veut dire qu'on est sur la bonne voie. On nous place comme favori mais il ne faut pas oublier que c'est la Côte d'Ivoire, la meilleur équipe d'Afrique, le tenant du titre. Nous, on fait notre bout du chemin.

La Côte d'Ivoire aurait pu l'emporter sur le fil... Finir sur un nul est quand même un soulagement pour vous ?
Quelque part, oui. On reculait, on reculait, c'est vrai qu'à la fin on était vraiment en difficulté. C'est dû à la fatigue provoquée par la Côte d'Ivoire. Il y avait un adversaire en face qui était de taille. On a joué comme il le fallait en 1re mi-temps mais ensuite on a reculé. Quand vous avez une équipe qui a pris l'ascendant mentalement c'est un peu compliqué de renverser la tendance.

La qualification va se jouer lors du dernier match contre le Togo, que vous inspire cette équipe ?
Depuis le début je dis que le Togo est un adversaire plus que coriace. Cette équipe me rappelle la RDC de 2015, donc (j'ai) une très grande méfiance. C'est pour ça que je dis qu'on n'est pas encore qualifié. C'est un match piégeux, vraiment.»
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top