Liens commerciaux
           

0
Pour avoir déclaré qu’Etienne Tshisekedi ne rentrerait pas au pays, ce que beaucoup interprètent comme la prédiction de la mort de l’opposant historique, le Vice-ministre des Hydrocarbures Willy Mishiki est loin de se débarrasser des ennuis causés par ses propos.

Alors qu’il attend la réponse du Premier ministre sur sa demande des mesures de sécurité particulières, c’est Collette Braeckman, journaliste belge et spécialiste de la région des Grands lacs dans le quotidien Le Soir qui est montée au créneau pour le recadrer. De l’autre côté, les combattants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) n’ont pas apaisé leur fureur et ne voudront pas le voir assister aux funérailles du Lider Maximo.

Pour appuyer sa demande de protection spéciale, Mishiki a prétendu que Braeckman a déclaré que « Tshisekedi aurait été empoisonné par le régime kabiliste et que Willy Mishiki allait être tué dans quelques mois par le pouvoir de Kinshasa ». Cette dernière dément avoir ‘cité son nom et considère ces propos comme de la pire fiction. Dans une interview accordée au bloggeur Rodriguez Katsuva d’Habari RDC, elle a eu des mots justes mais profonds pour le décrire.

A la question de savoir si elle avait à son tour prédit la mort de l’autorité morale de 1’UNANA dans quelques mois, elle a répondu qu’elle n’a fait qu’un commentaire sur la vie d’Etienne Tshisekedi.

« Absolument pas, j’ai commenté la vie d’Etienne Tshisekedi à la RTBF. Je n’ai évidemment pas dit qu’il avait été empoisonné, je n’ai même pas cité le nom de Monsieur Mishiki. Tout ça ce sont des affabulations, c’est tout à fait faux », a-t-elle déclaré.’

La journaliste d’investigation soutient aussi que la mort du président de l’UDPS est naturelle « J’ai dit que sa mort est une grande perte pour le Congo, qu’il était mort d’une embolie pulmonaire à la clinique Sainte Elisabeth. J’ai dit qu’au Congo les gens sont superstitieux, ils croient difficilement qu’on puisse mourir de mort naturelle. Mais dans ce cas-ci, ce n’est pas vrai. Tshisekedi est mort de mort naturelle. En plus, à 84 ans on peut mourir de mort naturelle », a tranché Collette Braeckman avant de tirer à boulets rouges sur le Vice-ministre congolais des Hydrocarbures en lâchant que « Monsieur Mishiki est affabulateur ».

La colère des combattants

A Kinshasa, de militants de certains partis d’opposition ne cachent pas leur colère et promettent d’en finir avec celui qu’ils suspectent d’avoir été associé à ce qu’ils considèrent comme une conspiration qui aurait précipité la mort du Sphinx de Limete. « Nous pensions que Ya Tshisthi est mort de mort naturelle mais depuis que son fils, Félix s’est prononcé en faveur d’une autopsie, nous commençons à croire à l’éventualité d’un empoisonnement et si cela se révèle vrai, Willy Mishiki devra s’expliquer », a lâché un membre de Fonus, parti de Joseph Olenghakoy.

Décidemment, cette affaire est loin d’être terminée et Mishiki doit certainement avoir de bonnes raisons de s’inquiéter sur son avenir. En témoigne le lynchage dont il fait l’objet sur les réseaux. D’autre part, expliquant les circonstances de son agression le week-end dernier au siège de l’UDPS, Alexis Mutanda, ancien Secrétaire général du parti de Tshisekedi, a indiqué que les combattants l’ont confondu à Willy Mishiki.

Par CN
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top