Liens commerciaux
           

0



La nouvelle fait la une dans la presse et les réseaux sociaux. Relayé par plusieurs followers, un article éclabousse plusieurs dirigeants congolais, accusés d’avoir détourné, à des fins privées, des fonds publics que leur aurait prêtés le FPI (Fonds de promotion de l’Industrie). Cité parmi ces décideurs, l’ancien ministre Tryphon Kin kiey Mulumba a tenu à faire cette mise au point.

Décriant de fausses accusations contre sa personne, ) travers l’article intitulé " industrialisation freinée par la corruption ", le patron du Journal " Le Soft " s’étonne de lire : « Tryphon Kin-kiey Mulumba, Ministre des Relations avec le Parlement de 2014 à 2016 s’est vu octroyer un prêt de USD 450.000 du FPI pour équiper et pérenniser l’imprimerie de son groupe de presse. Sauf que cette somme n’a pas servi à contribuer à l’industrialisation du pays. Le ministre a plutôt remboursé un précédent crédit contracté auprès d’une banque plus à cheval sur les traites ».


Cette affirmation est sans fondement, réplique Kin-kiey. Il s’agit, selon lui, d’un dossier de prêt régulièrement sollicité contre hypothèque d’un immeuble évalué à USD 2.500.000,00 par le groupe de presse FPG, Finance Press Group - je n’étais encore ni Député, ni Ministre - en vue d’acquérir une presse et des intrants. Ce prêt n’a jamais été accordé ni à la Banque du FPG référencée auprès du FPI, ni versé au groupe de presse alors que le FPI détient toujours le Certificat d’enregistrement de l’immeuble mis en hypothèque. Ces éléments sont vérifiables ».

« La machine et les intrants ont fini par être acquis par les moyens propres de FPG, notification en a été faite au FPI, Si détournement il y a, c’est le FPG qui en a pâti du fait du FPI, soutient Kin-kiey. Vos journalistes auraient dû enquêter, contre-enquêter, interroger les personnes citées qui sont joignables plutôt que de se contenter de filer un simple compte-rendu d’un rapport parlementaire dont toute la presse au Congo a fait écho et qui est loin d’être une décision de justice, fait remarquer l’ancien ministre.

« La vérité retracée renseigne que le Fonds de Promotion de l’Industrie avait versé ces sommes sur un compte et à une banque inconnus du Groupe de presse FPG pour des raisons que seul le FPI connaît et ces sommes n’ont jamais été transférées au Groupe de presse. Il y a là mystère que seule la justice doit élucider ».

« Depuis sept ans que ce conflit perdure, le FPG est en procès contre le FPI et a saisi par ses avocats les cours et tribunaux sous le RCE 4942 en résolution de la convention de prêt, restitution du titre d’enregistrement et dommages et intérêts, note Kin-kiey. L’affaire suit son cours normal »
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top