Liens commerciaux
           

0
Les chefs des « composantes » et « sous-composantes » signataires de l’Accord du 31 décembre 2017 se sont retrouvées le vendredi 11 février 2017 au Centre Interdiocésain, autour du bureau de la Cenco (Conférence Episcopale Nationale du Congo), pour échanger à propos des sujets de blocage de l’Arrangement particulier, à savoir le choix du futur Premier ministre ainsi que la mise en place du gouvernement de transition et du Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre. Plusieurs personnalités ont marqué leur présence au Centre Interdiocésain, notamment Adolphe Lumanu (Majorité Présidentielle), Christophe Lutundula (Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement), Vital Kamerhe (Opposition signataire de l’Accord de la Cité de l’Union Africaine), Eve Bazaiba (Front pour le Respect de la Constitution), etc.

Selon des sources proches des participants, aucune avancée n’a été enregistrée. En effet, la Majorité Présidentielle continue de camper sur sa position d’il y a un mois, à savoir que le Rassemblement devrait proposer trois candidats au Chef de l’Etat pour la nomination du futur Premier ministre et ne pas toucher aux ministères de souveraineté. A ces conditionnalités viennent de s’ajouter deux autres, à savoir la suspension des négociations jusqu’à l’inhumation d’Etienne Tshisekedi et la renégociation de la présidence du Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre 2016 suite à la vacance créée par le décès du précité.
De son côté, le Rassemblement continue de se référer aux termes de l’Accord du Centre Interdiocésain qui lui laisse la latitude de désigner le Premier ministre à proposer au Chef de l’Etat pour nomination. C’est pareil pour la présidence du Conseil National de Suivi de l’Accord du 31 décembre dont la présidence lui revient de plein.
S’agissant du futur Premier ministre et du gouvernement de Transition, le Rassemblement souscrit à la thèse de l’UDPS et exige leur entrée en fonction avant les obsèques d’Etienne Tshisekedi, ce qui suppose également la signature de l’Arrangement Particulier avant l’inhumation de l’illustre disparu.
Compte tenu des divergences persistantes entre les parties prenantes, la Cenco, de commun accord avec elles, a décidé la suspension des discussions formelles. Mais les contacts informels, indique-t-on, se poursuivent. Et, selon des indiscrétions qui s’échappent de différents états-majors politiques, l’espoir d’un nouveau compromis politique n’est pas totalement perdu.
Kimp
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top