Liens commerciaux

0




Alexis Mutanda ! Ce nom ne sonne pas creux dans l’oreille des Combattants de l’Udps. Au n°546 de l’avenue Zinnias, quartier résidentiel de Limité, il aura tout donné jusqu’à mettre sa villa à la disposition du parti. Secrétaire général de l’Udps, Alexis Mutanda aura fait preuve de dynamisme. En plus d’un idéal politique commun, ce député élu sous les couleurs de l’Udps en 2011, entretient des liens familiaux avec le désormais feu Etienne Tshisekedi. Forum des As l’a rencontré hier, à l’occasion de la douloureuse disparition du lider maximo. Interview.

F.A : Quels souvenirs gardez-vous d’Etienne Tshisekedi ?
Alexis Mutanda : « J’ai travaillé personnellement avec le président Etienne Tshisekedi pendant plus de 20 ans. D’abord comme secrétaire national aux relations extérieures pendant 10 ans (1997-2007). Ensuite comme secrétaire général du parti durant trois ans, (2008-2011), avant de briguer le poste du président de la commission électorale au niveau du parti et directeur de la campagne électorale d’Etienne Tshisekedi lors des élections de 2011. J’ai retenu de lui le calme. C’était un homme réfléchi et très tolérant. Il pouvait écouter quelqu’un pendant plus d’une heure et résumer enfin ce qu’il a dit avant de lui répondre. Je retiens également de lui un homme patient, un homme constant et extrêmement courageux, au regard des tortures subies pendant la dictature de Mobutu. Tshisekedi était aussi un bon père de famille ».

Au regard du combat acharné mené par Etienne pour l’instauration de l’Etat de droit en RDC qu’est-ce que vous attendez du pays à l’occasion du décès du président national de l’UDPS ?
« Disons que l’hommage à Etienne Tshisekedi peut se comprendre à trois niveaux. C’est d’abord les funérailles qui doivent évidemment être organisées à la hauteur du personnage décédé. C’est-à-dire que le peuple congolais, les autorités du pays et les combattants du parti doivent s’organiser pour lui rendre des hommages qu’il mérite. Le deuxième niveau concerne ceux qui nous gouvernent, car cet homme a marqué l’histoire politique de notre pays. Etienne Tshisekedi a été très actif pendant plus de 40 ans dans la scène politique nationale. Je crois qu’il mérite d’être hissé au rang de héros national, comme étant le père de la démocratie congolaise et de l’Etat de droit en RDC, au même titre que Patrice Emery Lumumba et Mzee Laurent Desiré Kabila. Sur le plan international, cet homme a beaucoup milité pour la non-violence et la paix. A ce titre, on peut lui accorder à titre posthume une médaille de prix Nobel de la paix, car il a été réellement un apôtre de la paix, de la non-violence à l’instar de Nelson Mandela, de Martin Luther King, voire du Mahatma Ghandhi ».

Après quelque 40 ans d’activisme politique, quel héritage Etienne Tshisekedi laisse-t-il au peuple congolais ?
« Le président Tshisekedi laisse derrière lui un grand parti politique qui compte des centaines de millions de compatriotes. En regardant les choses du côté de l’idéologie, le président Tshisekedi laisse un grand héritage à la population congolaise. De prime abord, Il ne se fatiguait pas de demander au peuple congolais de se débarrasser de la peur, car la peur avait paralysé pendant des années l’action populaire.Le président Tshisekedi tenait beaucoup à la démocratisation de la RDC et l’instauration d’un véritable Etat de droit. Aujourd’hui 90% des congolais pensent que la démocratie est indispensable à leur pays. Il a également insisté sur la non-violence comme mode de lutte pour acquérir le changement dans le pays. Il plaçait le bien-être social de la population au centre de son action politique ».

Pensez-vous que toutes ces revendications combien louables d’Etienne Tshisekedi pourront un jour être prises en compte par les dirigeants du pays ?
« Une chose c’est d’énoncer des idées, des principes, une autre c’est la réalisation de ces vœux. Toutes ces bonnes idées ont été couchées dans les résolutions du Dialogue qui a été dirigé par les évêques. C’est cela aussi le grand héritage qu’Etienne Tshisekedi nous a légué. Cependant, l’accomplissement de ces recommandations dépend de la bonne volonté des animateurs des organisations qui ont été mises en place. Si ces animateurs ne font pas correctement leur travail, il est évident qu’on aura pas des résultats escomptés »

Comment entrevoyez-vous l’avenir de l’UDPS sans Etienne Tshisekedi ?
« Les dispositions statutaires sont très claires là-dessus. Encore une fois, tout dépend des animateurs, des personnes qui sont en position de prendre des décisions. Si elles prennent la bonne direction, il est évident que ce parti sera toujours aussi vivace, et aussi vivant. Si ces animateurs prennent la voix des intérêts personnels, d’un groupe donné ; ou encore s’ils se laissent influencer par ceux qui sont au pouvoir, il est évident que le parti ne connaitra pas un avenir souhaité. Donc tout dépend des animateurs ».
Partagez-vous l’avis selon lequel, Etienne Tshisekedi est mort prématurément, et qu’il s’en est allé au moment où son combat n’avait pas encore porté des fruits ?
« je dirai oui et non. Oui, peut-être parce qu’il n’est jamais arrivé au pouvoir. Qu’à cela ne tienne, je crois que la vie de chacun est entre les mains de Dieu. Le président Tshisekedi a fait sa part de choses, il appartient à d’autres acteurs de continuer le combat. Il aimait beaucoup le peuple congolais, c’est pourquoi lors des centaines de ses apparitions publiques, il ne manquait pas de l’’inviter à braver la peur. Il pensait que le bien-être social et le développement intégral de la RDC passent forcement par l’organisation des élections effectivement libres et transparentes.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top