Liens commerciaux

0

Le Rassemblement et la CENCO ont eu, hier mardi 14 février, une rencontre qualifiée de " discrète " dès lors qu’aucune annonce n’a été faite autour de cette réunion. A part les opposants et les évêques, aucun délégué de la Majorité, ni de la Société civile n’a été présent.

D’après certaines indiscrétions, la médiation a affiché complet lors de cette rencontre. Tel n’a pourtant pas été le cas pour des opposants. La plateforme autrefois dirigée par Etienne Tshisekedi, a été représentée par Olivier Kamitatu(G7), Martin Fayulu (Dynamique de l’Opposition), Christophe Lutundula(G7), Jean-Pierre Lisanga Bonganga (CAT) et Delly Sessanga (AR).
Ces leaders politiques sont arrivés en début d’après-midi au Centre interdiocésain de Kinshasa "pour s’entretenir avec les Evêques de la Commission épiscopale nationale du Congo (CENCO), dans le cadre des négociations toujours en cours pour l’application de l’Accord du 31 décembre dernier ", a expliqué l’abbé Donatien Nshole, porte-parole de l’Episcopat rd congolais.
" Considérant l’urgence de la situation socio-politique, tout en évitant des rencontres auxquelles vous êtes habituées, la médiation avait pris soin de continuer des contacts avec les uns et les autres afin d’arriver à un déblocage des points de divergences qui persistent ", a déclaré l’abbé Nshole. D’après lui, cette rencontre non formelle annonce que les pourpalers vont continuer dans les prochains jours.

VIOL DES CONSIGNES ?
Cette rencontre entre la médiation et le Rassemblement surprend plus d’un observateur. On se souviendra qu’au lendemain de la mort d’Etienne Tshisekedi le 1er février dernier à Bruxelles, tous les négociateurs ont convenu de surseoir les pourparlers " qui ne reprendront qu’après l’enterrement du leader désigné par l’Accord du 31 décembre 2016 comme président de la Commission nationale de suivi de l’Accord (CNSA) ".
De l’avis des spécialistes, les Evêques tenteraient d’apporter une solution en ce qui concerne les obsèques d’EtienneTshisekedi, qui opposent, depuis deux semaines, d’un côté, l’UDPS et la famille biologique de l’illustre disparu et, de l’autre, le Gouvernement.

CONFUSION
L’UDPS, le parti d’Etienne Tshisekedi, a fait une nouvelle mise au point après le décès de l’opposant historique. L’organisation de ses obsèques à Kinshasa est devenue un sujet de crispation.
La date du rapatriement du corps d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa n’est toujours pas connue, car pour la famille, les conditions de ce rapatriement ne sont toujours pas remplies. « Il faut d’abord se mettre d’accord sur le lieu de sépulture où sera érigé un mausolée » soutiennent certains proches du défunt.
Le clan Tshisekedi a proposé plusieurs sites dans la capitale : Palais de justice, Place Triomphale. Mais ces propositions ont toutes été rejetées par le gouverneur de Kinshasa.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top