Liens commerciaux

0
Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a indiqué dans une interview accordée à Jeune Afrique que son homologue congolais Joseph Kabila n'a pas l'intention de touché à la constitution de son pays pour rester au pouvoir.Dans une véritable plaidoirie contre l’occident, le président tchadien à révélé durant son interview au magazine Jeune Afrique que le président Joseph Kabila lui aurait confié son intention de quitter le pouvoir.

Il y a quelques mois, raconte Idriss Déby, tout le monde tirait à boulets rouges sur Joseph Kabila, soupçonné de vouloir violer la Constitution. Selon lui, lots de leur dernière rencontre en octobre 2016 à Luanda, il a posé la question au Président congolais.

« Il (Kabila) m’a dit ceci : + Je ne toucherai pas à la Constitution, je ne la modifierai pas. Mais si j’annonçais aujourd’hui que je ne me représenterai pas, alors la RD Congo entrerait dans un cycle de violence entre les différents candidats à ma succession. J’attendrai donc le moment opportun+, explique le président tchadien dans cette interview diffusée également sur le site de Jeune Afrique.

Ce qui pousse le Président Idriss Déby à demander aux puissances étrangères à revoir leur position par rapport aux pays africains. « Au lieu de nous donner des leçons, de chercher à nous imposer ses valeurs présentées comme universelles, d’exporter chez nous la culture de l’individualisme et la dépravation des mœurs, l’Occident ferait mieux d’écouter nos avis. Un peu de sens de la solidarité et du partage à l’africaine ferait beaucoup de bien à l’Europe » a-t-il suggéré.

Avec Jeune Afrique
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top