Liens commerciaux
           

0

Quelques heures après la mort d’Étienne Tshisekedi, votre site 7SUR7.CD, site d’informations en ligne de référence en RDC, a interrogé les statuts du parti et deux anciennes figures de proue de l’Udps. Selon les deux anciens collaborateurs d’Étienne Tshisekedi, les statuts modifiés par le président national lui-même en dehors du Congrès, prévoient en cas d’empêchement, de décès ou de démission du numéro 1 du parti, la gestion se fera collégialement entre le Secrétaire général du parti, le président de la Convention démocratique- le parlement du Parti- et le président de la commission électorale permanente. La période intérimaire est de 30 jours avant de convoquer le Congrès pour designer son successeur. Malheureusement en dehors du secrétariat général, le lider maximo n’avait pas mis en place les deux autres structures. Ni la Convention démocratique, moins encore la commission électorale permanente. Même, leurs animateurs n’avaient pas été nommés. En l’absence de ces deux structures et de leurs animateurs, il n’y aura pas moyen de parler de gestion collégiale. C’est seul Jean-Marc Kabund qui va succéder à Étienne Tshisekedi pour trente jours jusqu’à la convocation du Congrès. « Ce qui n’est pas évident pour le moment », explique un ancien secrétaire général de l’Udps. Les moyens matériels et logistiques faisant défaut présentement. Pour preuve, les statuts modifiés étaient l’oeuvre du congrès mais à l’initiative de feu Tshisekedi. La priorité n’est pas l’organisation du congrès pour succéder à Tshisekedi. D’abord, le parti devra se préparer à organiser les funérailles dignes de nom au père de la démocratie congolaise. Au lieu de 30 jours, l’Udps pourra prendre trois mois pour désigner le vrai successeur d’Étienne Tshisekedi. Mais, il n’est pas impossible que le fils succède à son père. La configuration actuelle du parti plaide en sa faveur. Les présidents fédéraux de toutes les provinces sont acquis à sa cause. Normal que Félix Tshisekedi soit le nouveau président. Mais, il y aura un grand combat, un grand pas à franchir. La réalité est que l’Udps est minée par de guerres intestines, et surtout divisée en deux grands courants. . Le courant Félix Tshisekedi et le courant Mubake. Le premier modéré, progressiste et ouvert avec un ancrage dans le fief de son père dans l’espace Kasaï- élu député à Mbuji- Mayi en 2011 avec le meilleur score, le second radical, conservateur mais surtout loyal et intègre- non élu député national à Bukavu au Sud-Kivu (son bastion). Les deux qui se disputaient toujours le leadership autour du vieux. Mêmes les combattants s’identifient aux deux. A défaut pour les deux de s’entendre, l’édifice du monument de la lutte démocratique risque de s’écrouler.

Joseph Kazadi
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top