Liens commerciaux

0

Les discussions directes sont au point mort. Trois raisons sont épinglées. Si celle de la continuité ou pas de la médiation de la CENCO semble relever d’un caprice de la MP, les deux dernières liées au partage des responsabilités s’imposent comme des véritables pommes de discorde. Ce, entre d’une part la mouvance et, de l’autre, l’Opposition, principalement le Rassemblement. En l’absence des évêques, en lieu et place de tabler sur les divergences, les délégués de la MP et du Rassemblement s’empoignent autour du mode de désignation de ce dernier qui, aujourd’hui, devient, véritablement, l’obstacle majeur à la signature des arrangements particuliers. Face à cette préoccupante impasse, des voix au sein tant du Front que du MLC s’étonnent de voir la lutte première de l’Opposition, à savoir l’alternance au sommet de l’Etat, être détournée désormais. D’où, quelques ténors de cette formation politique se demandent-ils si Eve Bazaïba n’avait-elle pas raison en reprochant au Rassemblement de se battre pour son positionnement.

Sinon, si tel n’est pas le cas pourquoi la plateforme chère au tandem Tshisekedi-Katumbi ne peut-elle pas se surpasser sur la question du Premier Ministre ? Voilà une question somme toute pertinente qui se pose dans les rangs du Mouvement de Libération du Congo.

Discorde sur la Primature

Les mésententes sur la manière devant aboutir à la nomination du futur chef du Gouvernement prennent quasiment en otage le dialogue. La Majorité, jusqu’ici, reste d’avis que le Rassemblement doit donner une liste de candidats car, il faut préserver le pouvoir discrétionnaire de leur autorité morale : le Chef de l’Etat. Evidement, cambrée dans ses positions, la première plateforme politique de la RDC ne cède pas, même si les voix sont loin de s’accorder sur ce sujet parmi ses membres. Outre la Primature, le partage fifty-fifty des ministères de souveraineté pose, diablement, problème. Prônée par le Rassemblement, la chose irrite la Majorité qui veut garder ce qu’elle considère, à tort ou à raison, comme sa chasse gardée.

Ce que veut le peuple

La question de la fin du mandat du Président de la République ne doit pas être occultée par des querelles de partage des ministères ou de la Primature. ‘’Le peuple veut des élections au bout de cette douloureuse transition imposée par des manœuvres politiques en organisant pas des élections en 2016 comme le prescrivait pourtant la constitution. Et, avec ces joutes électorales, les congolais espèrent être des témoins d’une alternance réelle au sommet de l’Etat. Halte aux faux débats ‘’, dixit un adepte du MLC qui a requis l’anonymat.

Bazaïba tonne

S’il n’y a pas élections en décembre 2017, le Front pour le respect de la constitution va aussi produire son plan B, à en croire la secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo et coordonateur du Front pour le Respect de la Constitution. ‘’L’enjeu c’est la fin du mandat de Joseph Kabila et son départ à la fin de son second mandat. Le Gouvernement est un faux débat! Rassemblement réveillez-vous! Peuple congolais, pas de distraction ‘’, c’est là le message d’Eve Bazaïba. Avait-elle raison d’estimer que le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement milite pour les postes ? Le MLC quoique lisant des signes qui paraissent répondre par l’affirmatif, espère, toutefois, que cette plateforme saura privilégier l’intérêt de la nation.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

ORAO TELECOM

 
Top